Pyrénées : comment réintroduire les ours ?

FRANCE 3

La dernière réintroduction d'ours remonte à 2006 : cinq spécimens venus de Slovénie avaient été lâchés dans les Pyrénées. À l'époque, l'émission "Envoyé spécial" avait pu suivre cette réintroduction.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Avril 2006, à 1 600 kilomètres de la France, Palouma vient d'être capturée. Une ourse slovène qui sera relâchée dans les Pyrénées. Endormie, un bandeau sur la tête pour protéger ses yeux de l'anesthésie, elle va être remise aux scientifiques envoyés par le gouvernement français. Elle est ensuite chargée dans une cage cylindrique conçue pour lui éviter de se blesser. Elle quitte définitivement son pays. Dans les Pyrénées, l'ours est alors proche de la disparition. La cohabitation avec les éleveurs est déjà difficile. À Arbas (Haute-Garonne), où Palouma doit être relâchée, ils l'attendent de pied ferme; le convoi se fera donc sous haute surveillance.

Palouma n'aura survécu que quatre mois

Avant de rendre sa liberté à l'ours, le protocole prévoit à l'époque une étape chez un vétérinaire. Un émetteur est placé dans l'abdomen de Palouma, en complément d'un collier GPS pour la suivre. L'équipe prélèvera également des poils pour l'ADN, du sang, et prendra son empreinte. L'ourse slovène arrive finalement à Arbas. Les télévisions sont prêtes à transmettre ses premiers pas, mais c'était sans compter les anti-ours, qui viennent gâcher la fête. Il devient impossible de libérer Palouma dans ces conditions. Pour l'éloigner du bruit et de la fureur de ses opposants, elle sera finalement conduite en catimini à 45 kilomètres de là, et relâchée en plein milieu de la nuit. Elle n'aura vécu que quatre mois dans ces montagnes : en août 2006, des promeneurs trouvent son cadavre. Une enquête prouvera qu'elle est morte d'une chute.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne