Recyclage : la deuxième vie des coquilles

FRANCE 3

Des dizaines de tonnes d'huîtres, de coquilles Saint-Jacques ou de crustacés sont dégustées et cela représente beaucoup de déchets. Comment les rendre utiles ?

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des coquilles d'huîtres, de Saint-Jacques ou même des carapaces de homards, toutes peuvent avoir une seconde vie. En Normandie, à Criquetot-l'Esneval (Seine-Maritime), Jean-Pierre Recher, le directeur des services communauté, s'occupe de les récupérer. Les particuliers et les professionnels peuvent apporter les coquilles vides pendant deux semaines après les fêtes, à la déchetterie ou sur les marchés. Du côté des poissonniers, les quantités sont parfois impressionnantes, 600 kilos de déchets à la semaine pour Olivier Onfroy.

Engrais et peinture

En 48 heures, la récolte de coquilles est déjà importante. Elles vont maintenant pouvoir entamer leur nouvelle vie, parfois étonnante. Non loin de Nantes (Loire-Atlantique), l'entreprise Bati Recyclage les transforme en engrais, mais elles peuvent aussi servir à peindre les routes. Pour les récolter, des bennes sont mises à disposition des habitants. Chaque année, 5 tonnes sont recyclées dans la déchetterie du Pont Béranger à Saint-Hilaire-de-Chaléons (Loire-Atlantique), une économie sur le traitement des ordures.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne