Cantal : un éleveur de dindes et chapons nourrit ses volailles avec du lait et du maïs

FRANCE 3

À l'approche des fêtes de fin d'année, Alexandre, un éleveur du Cantal, se prépare au grand rush. Plus de 400 de volailles devraient être vendues en quelques jours. 

C'est l'un des repas traditionnels à Noël. La dinde et le chapon font partie des mets préférés des Français. Alexandre, un éleveur du Cantal, se prépare au grand rush. Dans son élevage, il bichonne ses pensionnaires. L'agriculteur élève 350 chapons et 90 dindes qui seront servis à Noël. Il propose à ses clients différentes bêtes en fonction du nombre de convives. Face aux caméras de France 3, il montre un chapon qui fera à peu près 3,2 kilos, idéal pour huit personnes, ou bien un dindon bronzé d'Amérique, qui pèse jusqu'à 8 kilos, pour les plus grandes tablées. 

"Un effet gustatif" 

Les volailles sont élevées de manière traditionnelle avec des aliments qui feraient toute la différence. "Le dernier mois (...) on commence à les nourrir avec du lait et du maïs pour finir de les engraisser", explique-t-il avant de souligner les nombreux bénéfices : "Ça a un effet gustatif, car ça attendrit énormément la viande et on note aussi un petit côté odorant. Il y a quand même l'odeur du lait dans la viande". Chaque année, dindes et chapons trouvent preneurs pour 14 à 15 euros du kilo.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne