Les chiens protègeraient les bébés de certaines infections

Les bébés qui vivent avec des chats ou des chiens seraient moins enclins à manifester les symptômes d\'affections respiratoires et près de 50% d\'entre eux développeraient moins d\'infections de l\'oreille.
Les bébés qui vivent avec des chats ou des chiens seraient moins enclins à manifester les symptômes d'affections respiratoires et près de 50% d'entre eux développeraient moins d'infections de l'oreille. (VICKY KASALA / GETTY IMAGES)

Les nourrissons en contact avec des chiens attrapent moins d'infections de l'oreille et d'affections respiratoires, selon une étude américaine.

Les chiens, meilleurs amis des bébés. Les nourrissons qui sont en contact avec des chiens de compagnie attrapent moins d'infections que ceux dont les domiciles n'abritent aucun animal. C'est la conclusion d'une étude publiée lundi 9 juillet dans la revue américaine Pediatrics. La recherche ne dit pas pourquoi, mais suggère que vivre au contact d'un chien qui passe au moins une partie de sa journée à l'extérieur pourrait renforcer le système immunitaire d'un enfant dans la première année de sa vie. Les chats ne sont pas oubliés. Ils semblent également apporter une certaine protection aux bébés, bien que l'effet observé ait été plus faible.

L'étude, menée à l'hôpital universitaire de Kuopio en Finlande, s'est basée sur 397 enfants. Leurs parents ont consigné quotidiennement dans un journal leur état de santé durant leur première année, de l'âge de neuf semaines à l'âge de 52 semaines. Dans l'ensemble, les enfants qui vivent avec des chats ou des chiens sont 30% moins enclins à manifester les symptômes d'affections respiratoires comme la toux, le sifflement, la fièvre, et le nez bouché ou qui coule. D'autre part, ces bébés sont environ moitié moins enclins à développer des infections de l'oreille.

Moins de traitements antibiotiques

En plus d'être moins fréquemment malades, les bébés en contact avec des chiens nécessitent en moyenne moins de traitements antibiotiques que ceux qui sont élevés dans des domiciles sans animal domestique, affirme l'étude.

Mais des études précédentes ont montré des résultats contradictoires : certaines ne trouvent en effet aucun bénéfice pour les jeunes enfants à vivre à proximité d'animaux à fourrures, d'autres trouvent que le contact animal semble offrir une certaine protection contre les rhumes et les affections de l'estomac. Les auteurs de l'étude expliquent que leur travail diffère des analyses précédentes parce qu'il se concentre uniquement sur la première année après la naissance et n'inclut pas d'enfants plus âgés.