Un tailleur canadien crée un élégant costume pare-balles

Michael Nguyen, copropriétaire de la maison de couture Garrison Bespoke, montre des impacts sur une veste pare-balles, le 5 novembre 2013.
Michael Nguyen, copropriétaire de la maison de couture Garrison Bespoke, montre des impacts sur une veste pare-balles, le 5 novembre 2013. (MARK BLINCH / AP / SIPA)

Sans en avoir l'air, ce costume trois-pièces peut arrêter des balles de petit calibre et protéger des attaques à l'arme blanche.

"On a voulu créer un véritable costume à la James Bond." C'est réussi. La maison de couture canadienne Garrison Bespoke a lancé une ligne de costumes pare-balles. Pas de gros gilets comme en portent les forces de l'ordre, mais d'élégants costumes trois-pièces, destinés aux "chefs d'entreprises qui se rendent en zones sensibles", rapporte Ouest-France, lundi 11 novembre.

A l'origine de cette création, une conversation entre David Tran, directeur des projets spéciaux de Garrison Bespoke, et un client. Ses acheteurs travaillent dans la finance, les mines ou le pétrole et beaucoup d'entre eux "nous ont confié que lorsqu'ils sont dans des zones dangereuses, ils sont nerveux", ce qui peut avoir "un impact sur leurs performances lors de réunions stratégiques de haut niveau". Le couturier, habitué à la confection de costumes d'hommes sur mesure, se met alors à imaginer un costume pare-balles.

Un costume à 20 000 dollars

Le défi technologique est considérable. Le kevlar, habituellement utilisé dans les gilets pare-balles, est trop volumineux. En collaborant avec un équipementier de l'armée américaine, David Tran met au point des vêtements dans lesquels sont cachés des feuilles composées de nanotubes en carbone ultra-léger. Le matériau protège des coups de couteau et arrête les balles de petits calibres, comme le montrent les photos du Globe and Mail.

Une balle prise dans la doublure d\'un costume conçu par Garrison Bespoke, lors d\'une démonstration à Ajax, le 5 novembre 2013.
Une balle prise dans la doublure d'un costume conçu par Garrison Bespoke, lors d'une démonstration à Ajax, le 5 novembre 2013. (MARK BLINCH / AP / SIPA)

Vendu 20 000 dollars pièce, le premier costume a déjà été remis à son propriétaire et six autres seraient en préparation. Des collaborateurs de chefs d'Etat ou de gouvernement auraient contacté la société canadienne afin d'équiper leurs dirigeants.