Des signes précoces d'autisme détectés chez des bébés

L\'étude a porté sur 104 bébés âgés de 6 à 10 mois.
L'étude a porté sur 104 bébés âgés de 6 à 10 mois. (SUPERSTOCK / SIPA)

Cette maladie est généralement diagnostiquée autour de 2 ans. Mais les recherches publiées dans la revue "Current Biology" vendredi, si elles sont confirmées, permettraient d'avancer le dépistage. 

Alors que le traitement de l'autisme, grande cause 2012, fait actuellement polémique en France, la recherche, elle, progresse. Des signes de la maladie ont pu être détectés chez de très jeunes enfants, âgés de 6 à 10 mois, en mesurant leur activité cérébrale, selon une étude publiée vendredi 27 janvier dans la revue scientifique américaine Current Biology.

Une découverte d'autant plus importante qu'un dépistage précoce de l'autisme, généralement diagnostiqué autour de 2 ans, aiderait à la prise en charge de cette pathologie, qui affecte environ 1 % de la population et se traduit par des difficultés à communiquer avec le monde extérieur.

Une étude portée sur le regard

L'étude s'est focalisée sur 104 bébés de 6 à 10 mois, dont la moitié présentaient un risque plus important de souffrir d'autisme parce qu'un ou plusieurs de leurs frères ou sœurs aînés étaient atteints du syndrome.

Sachant que les enfants autistes évitent souvent de regarder les gens dans les yeux, les chercheurs ont mesuré avec des capteurs l'activité cérébrale des bébés lorsqu'on leur présentait des visages les regardant directement ou au contraire les évitant.

L'étude a noté une différence significative des ondes cérébrales en fonction des deux types d'images lorsque celles-ci étaient présentées à des bébés à faible risque d'autisme, ou qui n'ont pas ensuite développé la maladie dans le groupe à risque.

L'expérience devra être confirmée par d'autres recherches

En revanche, la réponse cérébrale des bébés qui ont ensuite été diagnostiqués comme autistes s'est révélée beaucoup plus neutre. Le PMark Johnson, du Birkbeck College de l'université de Londres, coauteur de l'étude, souligne toutefois que le test n'a pas fonctionné "à 100 %", certains enfants montrant des signes d'autisme alors qu'ils n'ont pas développé la maladie par la suite.

Le chercheur en conclut que "des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer si des mesures de l'activité cérébrale comme celles utilisées dans notre étude peuvent jouer un rôle dans l'identification des enfants autistes à un stade précoce".