La reine Elisabeth II aime arracher les mauvaises herbes pour se calmer

La reine d\'Angleterre Elisabeth II, à la sortie de l\'abbaye de Westminster à Londres (Royaume-Uni), le 16 novembre 2011.
La reine d'Angleterre Elisabeth II, à la sortie de l'abbaye de Westminster à Londres (Royaume-Uni), le 16 novembre 2011. (CHRIS JACKSON / REUTERS)

Une nouvelle biographie se penche sur certains aspects peu connus de la reine d'Angleterre.

Décrite comme "secrète" et "passionnée", la reine Elisabeth II n'est pas forcément celle que l'on croit. Dans son essai Elizabeth the Queen, énième biographie de la monarque britannique qui sortira début février aux Etats-Unis, la journaliste Sally Bedell Smith raconte comment la reine d'Angleterre aime, pour passer ses nerfs, arracher des mauvaises herbes.

"Un de ses cousins m'a dit que lorsque la reine Elisabeth avait une contrariété, elle allait dans les champs pour retirer du gaillet [une mauvaise herbe envahissante et collante]", détaille la journaliste américaine. La reine a semble-t-il de nombreux amis dévoués, mais "parce qu'elle vit dans sa petite bulle et son petit monde, il s'agit d'amitiés d'une autre nature".

Jubilé de diamant le 6 février

Forte du succès de ses précédentes biographies, Sally Bedell Smith a reçu l'aval tacite de Buckingham Palace pour rencontrer des proches, des conseillers et des courtisans de la reine afin d'écrire cet ouvrage publié peu avant le jubilé de diamant de la souveraine, couronnée le 6 février 1952.

L'ouvrage se penche également sur les "tensions" qui ont existé dans son mariage avec le prince Philip, récemment hospitalisé et dont elle a refusé de porter le nom, Mountbatten. Mais l'auteur s'emploie à démentir la rumeur sur les mœurs dissolues du prince consort. "J'ai été frappée de voir à quel point ils sont en phase."