Compte Facebook ouvert, papier toilette usagé... Cinq façons pour un voleur de se faire pincer bêtement

Des enquêteurs ont mis la main sur un homme qui a commis un vol de cuivre à Oucques, dans le Loir-et-Cher, en juillet 2014. L\'affaire a été résolue grâce à de l\'ADN trouvé sur du papier toilette.
Des enquêteurs ont mis la main sur un homme qui a commis un vol de cuivre à Oucques, dans le Loir-et-Cher, en juillet 2014. L'affaire a été résolue grâce à de l'ADN trouvé sur du papier toilette. ( MAXPPP)

Les malfaiteurs laissent parfois des traces. Et elles n'échappent pas aux enquêteurs. Francetv info revient sur quelques cas insolites.

Le nombre de cambriolages a continué d'augmenter en France en 2013. Un constat inquiétant mais que certains faits divers (français et européens) permettent de dédramatiser. Les cambrioleurs laissent parfois des traces. Et elles n'échappent pas aux enquêteurs. Francetv info revient sur quelques cas où la négligence des malfaiteurs a permis de les rattraper.

1Il laisse du sperme sur un ours en peluche

Un Britannique de 38 ans a été arrêté après que des traces de son sperme ont été retrouvées dans un ourson en peluche, dans le hangar qu'il venait de cambrioler, à Blackburn (Royaume-Uni). Un forfait qu'il explique par la prise d'amphétamines, qui l'ont poussé à agresser sexuellement la peluche, comme l'explique Metronews, lundi 13 octobre, rapportant une information de The Lancashire Telegraph (en anglais). Les enquêteurs précisent qu'il avait pris soin de faire un trou pour ''pénétrer" la peluche.

2Il abandonne une feuille de papier toilette usagée

En juillet, des enquêteurs ont mis la main sur un homme qui a commis un vol de cuivre dans un entrepôt à Oucques, dans le Loir-et-Cher. L'affaire a été résolue grâce à de l'ADN trouvé sur du papier toilette, rapportait le quotidien régional La Nouvelle République.

A l'origine, aucune empreinte digitale n'a pu être exploitée car les malfaiteurs ont eu recours à un stratagème bien connu : ils ont aspergé de poudre d'extincteur l'habitacle du chariot élévateur qu'ils ont utilisé pour transporter le cuivre, à l'intérieur du périmètre de l'entrepôt. Mais un gendarme a inspecté les grillages alentours et a découvert du papier toilette fraîchement utilisé. Dans un premier temps, le suspect a nié sa présence sur place, mais il n'a pu maintenir sa ligne de défense lorsque les enquêteurs lui ont mis ses traces d'ADN sous le nez.

3Il fait tomber ses papiers d'identité

Un jeune homme de 19 ans a oublié ses papiers d'identité dans l'appartement du 5e arrondissement de Lyon qu'il venait de cambrioler, rapportait Le Progrès, en septembre.

Vers 7h30 du matin, l'homme se fait surprendre en plein cambriolage par l'un des occupants. "L'homme ouvre la porte de sa chambre et tombe sur le voleur, qui fuit instantanément, emportant avec lui les objets dérobés", dont deux téléphones portables et un portefeuille, relate le quotidien régional. "Dans sa course, il perd toutefois sa sacoche, qui comporte ses papiers d'identité", ajoute Le Progrès. Rapidement interpellé, il a été condamné à huit mois de prison ferme par le tribunal de grande instance de Lyon.

4Ils laissent des traces d'oreilles sur les portes

Comme les empreintes digitales, les empreintes auditives sont différentes pour chaque individu. Elles permettent donc de confondre des suspects. C'est une technique ancienne, mais peu utilisée en France, contrairement à la Suisse. Toutefois, elles ont permis de mettre la main sur quelques cambrioleurs en France.

En juin 2014, un homme a été confondu à Orléans (Loiret) par les traces ADN laissées par son oreille, qu'il collait aux portes des appartements qu'il envisageait de cambrioler.

En mai 2013, l'auteur présumé de quelque 80 cambriolages dans des résidences universitaires autour de Lyon (Rhône) a été identifié grâce à ses empreintes d'oreille. Ce procédé a permis d'arrêter un homme de 25 ans, interpellé en flagrant délit en février.

5Il laisse son compte Facebook ouvert sur l'ordinateur

Nicholas Wig a cambriolé une maison, à  St Paul (Minnesota, Etats-Unis), emportant de l'argent liquide, des cartes de crédit et un smartphone. Mais il a été arrêté rapidement après, rapportait le journal du Geek, en juin. Son tort : s'être connecté sur Facebook depuis l'ordinateur de sa victime et être parti sans se déconnecter de sa session. James Wood, le propriétaire de la maison cambriolée, a qualifié Nicholas Wig de "criminel le plus stupide de la planète".