Alain "Spiderman" Robert à l'assaut du plus haut gratte-ciel de France

Alain Robert escalade un immeuble, le 17 mars 2011 à Paris.
Alain Robert escalade un immeuble, le 17 mars 2011 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Célèbre pour ses ascensions illégales à mains nues et sans matériel d'assurage, ce qui lui vaut d'être souvent arrêté par la police, Alain Robert essaiera cette fois-ci de relever un défi officiel.

Il ne s'appelle pas Peter Parker, mais qu'importe. Le Spiderman français, Alain Robert, tentera jeudi 10 mai d'escalader sans corde le plus haut gratte-ciel de France, la tour First (231 mètres), située dans le quartier d'affaires de la Défense. Il l'a annoncé lundi 7 mai.

Célèbre pour ses ascensions illégales d'édifices urbains à mains nues et sans matériel d'assurage, ce qui lui vaut d'être souvent arrêté par la police, Alain Robert, 49 ans, essaiera cette fois-ci de relever un défi officiel. Défi qui aura aussi pour but d'aider l'un de ses sponsors à "sensibiliser les Français sur le problème de la santé capillaire".

Invalide à 66%

Passionné d'escalade depuis son plus jeune âge, ce natif de Digoin (Saône-et-Loire) a gravi plus de cent gratte-ciel et monuments sur la planète. Parmi eux, la plus haute tour du monde, Burj Khalifa à Dubaï (828 mètres), en mars 2011, et plus récemment, le 12 avril, The Torch, un hôtel de Doha (Qatar) en forme de torche olympique qui culmine à 318 mètres.

 

Pour vaincre Burj Khalifa, une tour de verre et de béton, l'"homme araignée" s'était toutefois équipé de cordes de sécurité à la demande des organisateurs.

 

Malgré ses prouesses, ce père de trois enfants souffre de vertige dû à un problème d'oreille interne. Il est considéré par la Sécurité sociale comme invalide à 66% : les conséquences d'une chute la tête la première lors d'une descente en rappel en raison d'un nœud "mal fait", selon les informations publiées sur son site internet.

Vous êtes à nouveau en ligne