Manifestations : comment les CRS se protègent

Cette vidéo n'est plus disponible

Des affrontements entre jeunes encagoulés et CRS, en marge de la manifestation parisienne du 1er mai, ont fait six blessés, dont deux graves, parmi les forces de l'ordre. Mais comment les CRS se protègent-ils ?

Des violences ont éclaté ce 1er mai lors des défilés. Les CRS ont été la cible de jets de projectiles et de cocktails Molotov. Six CRS ont été blessés, dont deux grièvement. Mais cette situation aurait-elle pu être évitée ? "On voit clairement un des dispositifs incendiaires que les manifestants utilisent. On voit clairement que c'est un cocktail Molotov. À l'heure actuelle, la préfecture de police est dotée de moyens lanceurs d'eau, qui malheureusement n'ont pas été utilisés", explique Thomas Toussaint, délégué national CRS UNSA Police.

S'adapter aux nouvelles techniques d'attaque des groupuscules

Mais alors comment en est-on arrivé là ? "Ce sont des groupes qui sont plutôt bien organisés, qui intègrent les manifestations en civil, comme vous et moi, et qui au préalable ont dispersé sur le parcours des équipements et des affaires pour pouvoir s'identifier puisqu'ils ont un dress code qui est donc le tout noir", précise Thomas Toussaint. Concernant les mesures à prendre pour éviter cela, le délégué national CRS UNSA Police assure qu'"il faut prendre tous les dispositifs pour s'adapter aux nouvelles techniques d'attaques des groupuscules".

Vous êtes à nouveau en ligne