1er mai : les brins de muguet, enjeu d'une guerre entre vendeurs à la sauvette et fleuristes

Chaque année le 1er mai rime avec son muguet. La guerre est déclarée entre vendeurs à la sauvette et fleuristes professionnels. Ces derniers dénoncent une concurrence déloyale.

Ils sont là, prêts à être disposés le 1er mai sur les étales des fleuristes. Les brins de muguet sont l'enjeu d'une petite guerre qui éclate régulièrement entre les vendeurs tenants boutique et les vendeurs à la sauvette. "Normalement, celui qui vend à la sauvette, c'est du muguet qui est du muguet de jardin ou du muguet des bois. Désormais, c'est du muguet que l'on achète nous. Ce n'est pas normal", indique Anne-Marie Deledalle, fleuriste à Lille (Nord).

Un marché parallèle en pleine expansion

Ces commerçants dénoncent un véritable marché parallèle en pleine expansion, alimenté de surcroit par des grossistes qui cassent les prix sur Internet d'où une perte, selon eux, de plusieurs centaines d'euros. Pour cueillir les quelque 60 millions de brins de muguet, il faut recourir à 4 000 saisonniers qui viennent s'ajouter aux 2 000 salariés de la filière.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne