1er-Mai : comment les forces de l'ordre sont intervenues à Paris

FRANCE 3

Mercredi 1er mai, 7 400 policiers et gendarmes ont été déployés à Paris. Comment sont intervenues les forces de l'ordre pour canaliser les violences ?

C'est un jeu du chat et de la souris en plein Paris. Mercredi 1er mai, manifestants radicaux et forces de l'ordre se sont affrontés sur le parcours du cortège de la fête du Travail. Sur les réseaux sociaux, certains promettaient des émeutes dans la capitale. Depuis la veille, 17 000 contrôles et fouilles ont été exécutés aux abords des gares et des rassemblements. Ce dispositif d'anticipation a permis la saisie d'objets potentiellement dangereux comme des marteaux, des pinces et une bombonne de gaz.

220 gardes à vue

Lors du rassemblement, des interventions musclées ont été lancées peu après 13 heures. Au cours d'une charge de "black blocs", les forces de l'ordre répliquent et poursuivent leurs assaillants sans retenir leurs coups. Dans le cortège, les casseurs sont traqués, des interventions rapides et ciblées sont organisées. Enfin, les 7 400 gendarmes et policiers mobilisés ont pu être appuyés par des drones tout au long du parcours de la manifestation. 330 personnes ont été interpellées dans la capitale et 220 manifestants ont été placés en garde à vue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne