Déclaration de Jean-Marc Ayrault sur les exilés fiscaux

A quelques jours de l'examen du projet de loi sur la délinquance économique et financière, Jean-Marc Ayrault a appelé les évadés fiscaux a régulariser leur situation. Selon Le Parisien d'hier, ces derniers mois, 5.000 évadés fiscaux français se sont rapprochés de Bercy. Selon Le Parisien, la DNVSF, le gendarme du fisc aurait été contactée par près de 5.000 contribuables. Ils chercheraient a régulariser leur situation fiscale. Bercy ne confirme pas ce chiffre mais hier Jean-Marc Ayrault a lance un avertissement aux fraudeurs. Ceux qui pensent qu'ils vont être à l'abri doivent être conscients que ce temps est fini. La France est résolue a faire disparaître ce temps. Il est temps de se mettre en conformité. En revenant, ils paieront leurs impôts et ce sera utile a la France. Fin mai, la justice française a lancé une enquête visant la banque suisse Reyl, soupçonnée d'abriter des éxilés fiscaux. Mercredi, l'Assemblee examinera un projet de loi pour lutter contre ce type de fraude qui facilitera aussi le travail des enquêteurs par le biais d'écoutes téléphoniques et d'infiltrations. Les sanctions pourraient aller jusqu'à 7 ans de prison et 2 millions d'euros d'amende.

A quelques jours de l'examen du projet de loi sur la délinquance économique et financière, Jean-Marc Ayrault a appelé les évadés fiscaux a régulariser leur situation. Selon Le Parisien d'hier, ces derniers mois, 5.000 évadés fiscaux français se sont rapprochés de Bercy.

Selon Le Parisien, la DNVSF, le gendarme du fisc aurait été contactée par près de 5.000 contribuables. Ils chercheraient a régulariser leur situation fiscale. Bercy ne confirme pas ce chiffre mais hier Jean-Marc Ayrault a lance un avertissement aux fraudeurs.

Ceux qui pensent qu'ils vont être à l'abri doivent être conscients que ce temps est fini. La France est résolue a faire disparaître ce temps. Il est temps de se mettre en conformité. En revenant, ils paieront leurs impôts et ce sera utile a la France.

Fin mai, la justice française a lancé une enquête visant la banque suisse Reyl, soupçonnée d'abriter des éxilés fiscaux. Mercredi, l'Assemblee examinera un projet de loi pour lutter contre ce type de fraude qui facilitera aussi le travail des enquêteurs par le biais d'écoutes téléphoniques et d'infiltrations. Les sanctions pourraient aller jusqu'à 7 ans de prison et 2 millions d'euros d'amende.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne