Décès de la journaliste France Roche à 92 ans

Vous la retrouviez au journal d'Antenne 2 pour vous parler cinéma. C'était sa passion. Elle les connaissait tous, les avait interviewés a Cannes et ailleurs, de Simone Signoret à Romy Schneider. France Roche avait du caractère, un ton, une voix. La journaliste s'est éteinte à l'âge de 92 ans. Le 23e Festival de Cannes est ouvert. Une voix enjôleuse, un style sophistiqué, France Roche, reconnaissable entre mille. Elle débute dans Cinémonde et ses starlettes, puis ce sera France-Soir, après la guerre. Mais très vite elle s'impose à la télévision. Quand vous vous voyez sur l'écran, vous voyez une bonne actrice ? Vous vous dites elle m'énerve, elle est belle, elle est laide. Oui, il y a de tout ça. Ses confrères en conviennent: c'était une personnalité. Elle est l'équivalent à l'époque de Léon Zitrone. Elle compétente, elle fait du cinéma en parlant, et au bon sens du terme. En fait, France Roche, c'est du grand art. Et après lui avoir tressé des couronnes de lauriers, je peux le dire : elle était belle, belle, belle, comme une actrice. Vous vous rappelez, Brigitte, quand vous avez tourné ce film. Ça me rajeunit pas. Vous êtes très vieille! Vous vous souvenez de ce qui s'est passé ce jour-là. Pas du tout ! J'avais l'habitude d'être filmée. Scénariste, productrice, elle savait aussi se mettre en scène. Dans La Curée, vous jouiez un personnage très inquiétant. Marcello Mastroianni, vous voilà à Cannes où vous venez très souvent. France Roche, 70 ans de carrière au service du spectacle.

Vous la retrouviez au journal d'Antenne 2 pour vous parler cinéma. C'était sa passion. Elle les connaissait tous, les avait interviewés a Cannes et ailleurs, de Simone Signoret à Romy Schneider. France Roche avait du caractère, un ton, une voix. La journaliste s'est éteinte à l'âge de 92 ans.

Le 23e Festival de Cannes est ouvert.

Une voix enjôleuse, un style sophistiqué, France Roche, reconnaissable entre mille. Elle débute dans Cinémonde et ses starlettes, puis ce sera France-Soir, après la guerre. Mais très vite elle s'impose à la télévision.

Quand vous vous voyez sur l'écran, vous voyez une bonne actrice ? Vous vous dites elle m'énerve, elle est belle, elle est laide.

Oui, il y a de tout ça.

Ses confrères en conviennent: c'était une personnalité.

Elle est l'équivalent à l'époque de Léon Zitrone. Elle compétente, elle fait du cinéma en parlant, et au bon sens du terme. En fait, France Roche, c'est du grand art. Et après lui avoir tressé des couronnes de lauriers, je peux le dire : elle était belle, belle, belle, comme une actrice.

Vous vous rappelez, Brigitte, quand vous avez tourné ce film.

Ça me rajeunit pas.

Vous êtes très vieille! Vous vous souvenez de ce qui s'est passé ce jour-là.

Pas du tout ! J'avais l'habitude d'être filmée.

Scénariste, productrice, elle savait aussi se mettre en scène.

Dans La Curée, vous jouiez un personnage très inquiétant.

Marcello Mastroianni, vous voilà à Cannes où vous venez très souvent.

France Roche, 70 ans de carrière au service du spectacle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne