Une "smartwatch", pour quoi faire ?

Une montre intelligente Sony, présentée au Congrès national du mobile à Barcelone (Espagne), le 28 février 2012.
Une montre intelligente Sony, présentée au Congrès national du mobile à Barcelone (Espagne), le 28 février 2012. (LLUIS GENE / AFP)

Après des rumeurs de projet chez son concurrent Apple, Samsung a confirmé préparer une montre "intelligente". Que peut-on en attendre ?

Il y a à peine quelques années, votre téléphone portable ne vous servait qu'à téléphoner. Ça, c'était avant que des entreprises comme Apple ou Samsung ne greffent à vos mains des smartphones sur lesquels vous cherchez à présent le restaurant le plus proche, l'heure de la prochaine séance de cinéma ou bien les dernières actualités (sur l'appli francetvinfo, évidemment). Et votre montre, à quoi vous sert-elle ? Pour le moment, à lire l'heure, bien entendu, à être élégant(e), pourquoi pas. C'est à peu près tout. Mais cela ne va pas durer.

Quelques semaines après des rumeurs concernant un projet de montre intelligente chez Apple, Samsung a confirmé, mardi 19 mars, travailler sur sa propre montre connectée, indique Bloomberg (en anglais). Que peut-on attendre des deux leaders du marché des smartphones ?

Une annexe de votre smartphone…

Au minimum, les montres intelligentes seront des montres connectées (à votre téléphone). L'idée étant de vous dispenser de sortir sans cesse votre mobile de votre poche, y compris pour regarder l'heure. "Recevoir des SMS [sur votre montre], et même envoyer une brève réponse", est envisageable, imagine le blog Technogist (en anglais). Consulter la météo, écouter de la musique, recevoir des alertes…Tout ce qui prend peu de place sur l'écran est possible. Votre montre pourrait aussi agir comme une télécommande et vous permettre de consulter votre répertoire sur votre poignet, sélectionner un contact et l'appeler avec un kit mains libres.

… mais un objet autonome

La marque japonaise Sony a déjà sorti sa propre smartwatch. Pas si "smart", toutefois. Comme le relève CNET (en anglais)"elle a besoin d'être connectée à un téléphone, même pour dire l'heure". L'auteur de l'article lui préfère l'iPod nano d'Apple, qui n'est pas connecté mais dispose de "sa propre interface, ses propres réglages" et sur lequel il stocke de la musique et peut écouter la radio, grâce à un tuner FM.

Une batterie longue durée

Est-ce que vous imaginez devoir recharger votre montre tous les soirs, à l'instar de votre téléphone portable ? C'est l'un des principaux défauts de ces appareils mobiles puissants, mais gourmands. D'après le site spécialisé Quartz (en anglais), l'autonomie des batteries est le maillon faible des progrès technologiques, loin derrière la capacité de stockage et la connectivité. Et les bonnes vieilles piles-boutons des montres classiques ne tiendraient pas le coup. Le site WinMacSofts mise sur "les capteurs de mouvement et l’énergie solaire", déjà utilisés par de nombreux fabricants de montres, mais totalement absents des téléphones portables chez Apple comme chez Samsung.

Un véritable coach sportif

Sur smartphone, il existe déjà des applications destinées à accompagner l'entraînement sportif : mesurer vitesse et distance parcourue lors de son jogging, guides d'exercices physiques… A cela, une smartwatch pourrait ajouter des mesures physiologiques tels le rythme cardiaque, la température du corps, les calories brûlées – comme c'est déjà le cas d'une montre concurrente, la Basis, décrite par le site high-tech américain TechCrunch.

Un objet design

Dès les premières rumeurs, les designers se sont amusés à imaginer à quoi ressemblerait une iWatch fabriquée par Apple. Mais chez la marque américaine comme chez Samsung, le mystère reste entier. En revanche, leur petit concurrent italien I'm Watch, moins connu, a déjà vendu 30 000 exemplaires de sa montre intelligente et vise les 200 000 produits écoulés en 2013, "en ciblant notamment les femmes, avec des publicités axées sur le design plutôt que sur la technologie"

Des surprises

C'est là-dessus que s'accordent tous les blogs et sites spécialisés. Conquis ou non par les différents projets, ils s'attendent à être surpris "comme à la sortie de l'iPhone", écrit Quartz.

Vous êtes à nouveau en ligne