VIDEO. "J'irai dormir chez vous" aux Caraïbes : Antoine de Maximy raconte son tournage mouvementé

BONNE PIOCHE / FRANCE 5

Dans un épisode de "J'irai dormir chez vous", l'explorateur de France 5 s'est retrouvé en plein milieu d'un règlement de comptes, dans une rue animée du Gros Islet (Saint-Lucie). Il raconte ce tournage à francetv info.

A première vue, l'endroit lui semblait "plutôt paisible", même "agréable". Pourtant, Antoine de Maximy a eu une belle frayeur lors d'un tournage aux Caraïbes : dans un épisode de "J'irai dormir chez vous", diffusé jeudi 16 juillet, l'explorateur de France 5 s'est retrouvé en plein milieu d'un règlement de comptes, dans une rue animée du Gros Islet (Saint-Lucie).

"J'ai géré comme toujours : j'ai improvisé"

Dans cette séquence, tournée en février, Antoine de Maximy interroge des passants quand des coups de feu se font entendre à proximité. Le bar voisin se vide en l'espace de "dix secondes", mais ses interlocuteurs lui recommandent dans un premier temps de ne surtout pas bouger.

"J'ai géré exactement comme je gère le reste du voyage : j'ai l'habitude d'improviser, les relations humaines ne sont pas une science exacte, raconte Antoine de Maximy à francetv info. Le danger, là, c'était surtout d'être touché par une balle perdue. Je ne pensais pas une seule seconde qu'un mec allait me tirer dessus. Après, tu ne peux pas savoir, tu ne peux pas exclure totalement que le mec est en train de péter un plomb et de tirer sur tout le monde."

Un "voyage subjectif"

Finalement, le voyageur et ses interlocuteurs finissent par se mettre à l'abri. "Ça arrive souvent ?" interroge Antoine de Maximy. "Autrefois, dans ce quartier, c'était la fête tout le temps, répond l'homme qui l'accompagne. Aujourd'hui, il y a toujours un moment où ça dégénère parce que la jeune génération est bien plus violente."

Pour autant, pas question pour Antoine de Maximy de tirer des conclusions hâtives après cette mauvaise expérience. "Ce genre de choses, c'est très aléatoire, c'est comme la vie, explique-t-il. 'J'irai dormir chez vous', c'est un voyage subjectif : ce n'est pas parce qu'il s'est passé ça que ça veut dire que cet endroit du Gros Islet est dangereux."

"En douze ans, je n'ai jamais pris un coup"

"D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, tient-il à rappeler. Je me souviens, quand j'étais au Cap-Vert, je disais aussi qu'il y avait une bonne ambiance. Et j'avais à peine fini ma phrase que des mecs se sont mis à se battre. Je me suis aussi fait casser ma caméra dans un bar punk à Berlin ou par un Inuit camé au Québec."

L'explorateur n'est pas échaudé par ces petites déconvenues. "En douze ans et quarante-sept pays tournés maintenant, je n'ai jamais pris un coup, rappelle Antoine de Maximy. Bien sûr, il y a des moments tendus, mais cela reste relativement rare. Le fait que je n'ai jamais pris un coup alors que mon but est de me rapprocher des gens, c'est plutôt rassurant sur l'espèce humaine." Le voyageur poursuit son périple, avec de nouvelles destinations inédites en septembre sur France 5.

Vous êtes à nouveau en ligne