La redevance télé n'augmentera que d'un euro en 2016

La redevance télé augmentera d\'un euro en 2016, a annoncé la ministre Fleur Pellerin, le 13 septembre 2015.
La redevance télé augmentera d'un euro en 2016, a annoncé la ministre Fleur Pellerin, le 13 septembre 2015. (MAXPPP)

Dans un entretien au "Journal du Dimanche", la ministre de la Culture et de la Communication annonce par ailleurs que la publicité ne reviendra pas sur France Télévisions après 20 heures.

L'exécutif a tranché. La contribution à l'audiovisuel public — autrefois appelée "redevance télé" — n'augmentera que d'un euro en 2016, annonce la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, dans un entretien accordé au JDD, dimanche 12 septembre.

"Nous avons des objectifs ambitieux pour France Télévisions, Radio France et les autres entreprises de l'audiovisuel public en termes d'information, de culture et de développement numérique, explique Fleur Pellerin. Une solution aurait été d'augmenter la redevance de 4 euros euros : nous nous y refusons. Une telle décision aurait été incohérente, la politique du gouvernement visant, au contraire, à baisser les prélèvements."

En métropole, la contribution à l'audiovisuel public grimpe tous les ans depuis plusieurs années : elle s'établissait à 125 euros en 2012, 131 euros en 2013, 133 euros en 2014 et 136 euros en 2015. En augmentant d'un euro en 2016, il s'agit de "la plus faible augmentation depuis 2008, date à laquelle son évolution a été indexée sur les prix", souligne la ministre de la Culture.

Pas de retour de la pub après 20 heures sur France Télé

La ministre annonce par ailleurs que la piste d'un retour de la publicité sur France Télévisions après 20 heures n'a, elle non plus, pas été retenue. "C'était une possibilité. Mais j'ai à cœur de ne pas déstabiliser les autres médias, en télévision, radio, ou presse écrite, qui auraient été touchés par ce rétablissement de la publicité en soirée, justifie Fleur Pellerin. Les chaînes privées doivent avoir les moyens de contribuer au pluralisme de l'information et à la création, notamment au financement du cinéma."

"Fromage ou dessert ? Non c'est régime", a réagi Delphine Ernotte sur Twitter après les annonces de la ministre, ajoutant qu'elle "n'arrêterai[t] jamais de [se] battre pour France Télévisions".

Une référence à la phrase qu'elle a prononcée lors d'un repas fin août avec l'Association des journalistes médias, relaté par Le Monde. "En matière de ressources, je demande fromage et dessert", avait-elle lancé, espérant obtenir une extension de la redevance aux ordinateurs et smartphones, ainsi que le retour de la publicité après 20 heures. La nouvelle présidente de France Télévisions avait expliqué "se battre" pour que l'entreprise dispose de plus de moyens, réclamant notamment "plus de redevance et plus de pub""Sinon, il faudra couper quelque part", avait-elle prévenu sans plus de détail, rappelant que France Télévisions "est déficitaire depuis des années".

Vous êtes à nouveau en ligne