Des candidats du jeu "Couple ou pas couple" créent la polémique en enchaînant les clichés sur les homosexuels

Capture d\'écran de l\'émission \"Couple ou pas couple\", diffusée mardi 26 décembre 2017. 
Capture d'écran de l'émission "Couple ou pas couple", diffusée mardi 26 décembre 2017.  (C8)

En expliquant plus tard qu'eux-mêmes étaient homosexuels, les candidats de cette émission de C8 ont tenté de calmer les soupçons d'homophobie. 

"Nous connaissons l'orientation sexuelle de Damien (...). Il est stylé, il a des jolies tatouages, une boucle d'oreille (...) ce qui ne se fait plus trop chez les hétéros."  Devant leur poste de télévision, des téléspectateurs ont assisté à cet enchaînement de clichés sur les homosexuels, lors du deuxième numéro du jeu "Couple ou pas couple", sur C8. Le principe : deux candidats doivent tenter de déterminer qui est en couple avec qui, parmi vingt inconnus, en se basant sur leur apparence. 

La séquence qui a suscité l'indignation sur Twitter a été diffusée mardi 26 décembre. En apprenant qu'un des inconnus "stylé" est par ailleurs coiffeur, ils ont réagi : "donc il est homo", véhiculant un cliché dénoncé par les internautes, rapporte Le Huffington Post, vendredi 29 décembre. 

"Je ne peux pas vous laisser partir sur des stéréotypes pareils"

Les candidats ont aussitôt été recadrés par le présentateur du jeu, Jean-Luc Lemoine : "Si je suis votre raisonnement : si on est stylé, on est gay obligatoirement ! C'est le coup dur pour tous les hétérosexuels (...) Je ne peux pas vous laisser partir sur des stéréotypes pareils", a-t-il indiqué. 

"On salue le recadrage de Jean-Luc Lemoine, mais on se dit surtout que l'on a déjà du pain sur la planche en 2018", a réagi sur Twitter l'Association des journalistes lesbiennes, gays, bi-e-s et trans , jeudi 28 décembre.

Sur Facebook, un des deux candidats a pour sa part répondu à la polémique. En expliquant qu'il était lui-même homosexuel (et qu'il participait au jeu avec son compagnon), il a tenté de calmer les soupçons d'homophobie : "On nous insulte même d'abrutis ou de connard sur Twitter. Ça se voit pas tant que ça que nous aussi on est homo ? De toute façon aujourd'hui on peut plus rien dire ou faire. demande à Griezmann ou Tex. MDR", a-t-il écrit dans un message depuis supprimé et cité par Le Huffington Post. 

Habitué à traquer les discours homophobes ou véhiculant des préjugés dans les médias, l'association des journalistes lesbiennes gays, bi-e-s et trans expliquait cependant, dans une enquête précédente, que "le fait d'être soi-même homosexuel n'empêche pas de véhiculer des clichés homophobes dangereux."

Vous êtes à nouveau en ligne