Marlène Schiappa veut "ramener dans le débat le plus de monde possible" et justifie son émission avec Cyril Hanouna

Marlène Schiappa, la secrétaire d\'État à l\'Égalité entre les femmes et les hommes, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 27 novembre 2018.
Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 27 novembre 2018. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La secrétaire d'Etat à l'Égalité entre les femmes et les hommes répond à la polémique après avoir donné son accord pour co-animer un débat télévisé avec Cyril Hanouna.

La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa va co-animer une émission spéciale sur le grand débat avec l'animateur Cyril Hanouna. Intitulé "La parole aux Français", ce numéro spécial et en direct de l'émission "Balance ton post" sera diffusé vendredi à 22h30 sur C8. "C'est Cyril Hanouna qui va animer la partie show, moi je vais animer la partie débat", a précisé sur franceinfo Marlène Schiappa, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations. "J'ai considéré que cela pouvait être intéressant de sortir de ma zone de confort."

franceinfo : Comment va se passer cette émission ? Quel est le but ?

Marlène Schiappa : C'est Cyril Hanouna qui va animer la partie show, moi je vais animer la partie débat. On va essayer de transformer les doléances en propositions. L'idée, c'est de ramener dans le débat public le plus de monde possible. Ce grand débat national doit être national, cela ne doit pas concerner uniquement les personnes habituées à prendre part aux débats publics. On doit ramener les centaines de milliers de personnes qui regardent l'émission de Cyril Hanouna et pas forcément les émissions politiques vers ce grand débat.

Pourquoi jouer ce rôle dans cette émission et sur cette chaîne-là ? Est-ce qu'il n'y a pas un mélange des genres ?

Cela m'arrive d'être invitée, la veille je serai dans "L'Emission politique" sur France 2 et j'ai déjà fait de nombreux débats, notamment sur France 3. Là, l'idée c'est vraiment de faire quelque chose de différent. De montrer aux téléspectateurs à quoi ressemble un atelier, un débat du grand débat national, pour démystifier ce grand débat national. On est en 2019 et on ne peut plus faire de la communication politique comme au début des années 2000. 

Je crois qu'on ne peut pas à la fois reprocher au gouvernement d'être dans l'entre soi, de mépriser une partie de la population et en même temps critiquer toutes les initiatives qui visent à se rapprocher de la population.Marlène Schiappaà franceinfo

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a exprimé ses réserves par rapport à votre participation. Que lui répondez-vous ?

Je ne vais pas polémiquer avec ma collègue par médias interposés. Je suis en charge de la partie démocratie-citoyenneté du débat pour la République en marche. Nous allons animer des débats avec les "marcheurs" et j'ai considéré que cela pouvait être intéressant de sortir de ma zone de confort et de ne pas rester uniquement avec des gens déjà acquis à notre cause et d'aller balayer le plus large possible. Dans un gouvernement, on est des personnalités différentes, j'ai des collègues qui ne feraient pas ce genre de débat, moi je le fait. C'est ça, la beauté et la richesse du gouvernement, c'est qu'on a des approches différentes d'un même sujet.

Pourquoi coanimer ce débat avec Cyril Hanouna, dont l'émission a dérapé à plusieurs reprises ?

Quand je venais d'être nommée [secrétaire d'Etat à l'Egalite femmes-hommes] c'est moi qui ai convoqué Cyril Hanouna pour lui signaler les dérapages, notamment homophobes, qui avaient été proférés lors de l'émission. C'est moi encore qui ai fait des signalements au CSA qui ont donné lieu à des amendes très lourdes. Je peux aller sur France inter ou sur France Culture ou Arte avec des gens qui sont déjà en phase avec ce que je pense, ou je peux choisir d'aller voir des gens qui sont très éloignés de ça, qui n'en sont pas convaincus, et à qui il faut expliquer pourquoi telle ou telle blague n'est pas une blague.

Vous êtes à nouveau en ligne