"Je suis fière" : Marlène Schiappa juge que son passage chez Cyril Hanouna a permis de booster le grand débat

La secrétaire d\'Etat à l\'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, quitte l\'Elysée, à Paris, le 8 mars 2019.
La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, quitte l'Elysée, à Paris, le 8 mars 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Selon la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, son intervention dans l'émission "Balance ton post" a permis de passer la barre du million de connexions sur le site du grand débat.

"Si vous voulez faire parler d'un sujet politique, il faut mettre Cyril Hanouna dedans." Marlène Schiappa s'est dit "fière d'avoir contribué" au succès du "grand débat national" en participant en janvier à une émission spéciale de "Balance ton post".

"Je le dis de manière un peu caricaturale et ce sera repris comme ça, mais en gros, ce que j'essaie de faire à chaque fois, c'est de prendre des canaux, comme l'émission de Cyril Hanouna, et de mettre mes sujets dans les canaux", a déclaré la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, dans une interview accordée à Public Sénat samedi 30 mars.

"Avec (Cyril) Hanouna, on a eu je crois 1 400 000 ou 2 400 000 téléspectateurs. C'est un record absolu pour cette émission. Je ne dis pas que c'est grâce à moi mais j'observe que quand je n'étais pas invitée il y avait 300 000 personnes, quand je suis invitée il y a 1 400 000 personnes", poursuit Marlène Schiappa. "Surtout, insiste-t-elle, on a passé la barre du million de connexions sur le site du grand débat. Et c'est ça qui est important pour moi. A cette époque on en était encore en train de dire 'est-ce que le grand débat va prendre?'" 

Je suis fière d'avoir contribué à faire passer la barre du million de connexions sur le site du grand débat.Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommessur Public Sénat

L'annonce de la participation de la secrétaire d'Etat à cette émission avait suscité un tollé sur les réseaux sociaux et au sein de la classe politique. "Est-ce vraiment la place d'une ministre ?", s'était interrogée la députée (LR) des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer. Du côté du gouvernement, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, avait commenté sur France 2 "Je ne l'aurais pas fait, personnellement, je crois que mon rôle en tant que ministre c'est plus d'écouter."

Vous êtes à nouveau en ligne