Conflit TF1-Canal+ : le PDG de TF1 Gilles Pélisson dénonce les "contre-vérités" de la chaîne cryptée, dont le modèle est "aux abois"

FRANCE INTER / RADIO FRANCE

Le PDG de TF1, Gilles Pélission a espéré vendredi sur franceinfo que "la raison gagnera" dans le conflit commercial qui l'oppose à Canal+ depuis de nombreuses semaines. 

Le bras de fer sur les modalités financières de diffusion des chaînes du groupe TF1 par Canal+ se poursuit. Le PDG de la première chaîne, Gilles Pélission, a dénoncé vendredi 9 mars sur franceinfo, les "contre-vérités" de la chaîne crytpée, dont le modèle économique "est un peu aux abois". Il est également revenu sur le "nouvel accord de distribution global" trouvé jeudi avec Orange, jeudi. "On a fait des pas de géant", a-t-il réagi. 

franceinfo : L'accord trouvé avec Orange jeudi soir, c'est enfin une bonne nouvelle pour le groupe TF1 ?

Gilles Pélission : C'est surtout une bonne nouvelle pour les téléspectateurs. Cette semaine finit effectivement beaucoup mieux qu'elle n'avait commencé. À partir du moment où le signal et les services d'une chaîne historiquement gratuite sont revendus par des distributeurs, les accords commerciaux, vieux de dix ans et qui arrivaient à expiration, devaient être modifiés. Il faut maintenant qu'on partage cette valeur : on demandait donc quelques centimes sur les 40 euros que paie chaque foyer français tous les mois. Quand on a lancé l'idée il y a un maintenant plus d'un an, tout le monde nous a pris pour des fous. Sur quatre opérateurs qu'utilisent les Français, trois ont maintenant signé. On a fait des pas de géant. Et je crois que c'est sur ces bases-là qu'on va pouvoir ensemble inventer la télévision de demain.

Vous avez repris un peu l'avantage avec cet accord, mais le match n'est pas fini : il reste Free.

J'ai bon espoir qu'on arrivera à se mettre d'accord avec Free. On est assez sereins, en se disant que, petit à petit, on avance.

C'est en revanche plus compliqué avec Canal+ ?

Canal+ est dans un modèle où la pression des abonnés est très forte. On a entendu ce matin [sur franceinfo] que – bonne nouvelle ! – ils allaient rétablir le signal de TF1 pour les "Enfoirés" (…) Koh-Lanta va bientôt revenir, donc peut-être que Canal rouvrira aussi en fonction de son envie. Ce non-respect des abonnés est interpellant, quand même !

Maxime Saada, le directeur général du groupe Canal+, a eu des mots très durs pour le groupe TF1, qui "bénéficie", selon lui, "de ressources gratuites, qui a le droit d'acheter des droits sportifs en exclusivité, des évènements majeurs comme la Coupe du monde, mais à la condition que la chaîne soit accessible à tous les Français". Que lui répondez-vous ?

Ce sont des contre-vérités. Tous les Français savent que le groupe Canal a une chaîne en clair qui s'appelle C8. S'ils voulaient faire du football sur C8, ils pouvaient très bien acheter les droits de la Coupe du monde. Le modèle économique de Canal est aujourd'hui un peu aux abois. Faire croire aux gens que si le groupe TF1 a gagné les droits de la Coupe du monde de football, c'est parce qu'on était les seuls à concourir, ce n'est pas vrai. Le groupe M6 peut le faire, le groupe Canal aussi. Tous ceux qui ont des chaînes en clair en France et dont la convention le permet peuvent le faire. Les obligations qu'a le groupe TF1 de financer le cinéma français coûtent énormément d'argent, tout comme l'information sur TF1 que les Français apprécient. Faire croire aux Français que tout ça est gratuit, alors qu'eux encaissent de l'argent et que leurs abonnés n'accordent aucune valeur à nos contenus, c'est quand même un peu énorme !

Comment sort-on de cette crise ?

Ce que nous disons, c'est que nos contenus ont une valeur. Je ne peux pas continuer d'investir un milliard d'euros par an dans ces contenus. On a d'autres batailles à mener les uns avec les autres. J'ose espérer qu'à un moment la raison gagnera.