Molières 2020 : la fête du théâtre malgré tout et sans public, ce soir sur France 2

La nuit des Molières 2020
La nuit des Molières 2020 (Fabienne Rappeneau)

La cérémonie des Molières, préenregistrée devant une poignée de nommés, est diffusée sur France 2 mardi 23 juin après une saison amputée par le coronavirus et au moment où les théâtres sont à l'arrêt. 

Pas de public, pas de direct, mais des lauréats quand même  : les contraintes sanitaires ont transformé les Molières 2020 en une édition inédite, diffusée mardi soir sur France 2 après avoir été préenregistrée sur quatre jours devant une poignée de nommés.

"Remettre en lumière le théâtre"  

Les organisateurs eux-mêmes ne savent pas à quoi ressemblera cette cérémonie qui décerne chaque année les prix les plus prestigieux du théâtre en France. Mais ils espèrent qu'elle "remettra en lumière" un art vivant particulièrement ébranlé par le coronavirus. Au moment où la quasi-totalité des scènes, déjà en fin de saison et toujours soumises à une restriction de jauge, sont à l'arrêt, les Molières 2020 se sont déroulés en deux temps pour se plier aux règles de distanciation.

D'abord l'enregistrement de la remise des 19 prix ainsi que de numéros de danse, de chant et de musique au Théâtre du Châtelet. Ensuite un savant montage, auquel s'ajouteront des hommages, notamment à l'humoriste Guy Bedos et un "best of" des moments forts des Molières depuis leur création en 1987. 

Ambiance étrange mais bon enfant 

Dimanche après-midi au Châtelet, l'ambiance était donc un rien étrange, mais bon enfant. Une quarantaine de personnes, en majorité des nommés, en costumes et en robes de soirée, entrent au compte-gouttes, filmés par des caméramans masqués, et s'installent dans le parterre de la salle de 2.000 places. Parmi eux, Alexis Michalik, le surdoué du théâtre français, l'humoriste Alex Lutz ou encore la grande dame de la Comédie-Française Dominique Blanc.

Sur la scène illuminée, la journaliste de France 2 Marie-Sophie Lacarrau fait office de maîtresse de cérémonie, accompagnée tour à tour du président des Molières et propriétaire de théâtres parisiens Jean-Marc Dumontet, de l'acteur Jean-Pierre Darroussin ou des actrices Audrey Fleurot et Isabelle Carré. Si le suspense est bien là, les gagnants un peu interloqués ne savent pas vraiment comment réagir, puisqu'ils ont été priés de rester à leur place à l'annonce de leur nom.

Pris au dépourvu  

Ovationnés par leurs collègues, ils se lèvent, on leur tend le micro - avec une lingette désinfectante -, les blagues fusent face à cette situation inédite.
"Les artistes sont émus même sans le décorum. Ils sont pris au dépourvu car normalement c'est quelque chose que vous partagez avec toute une salle qui frémit", commente à l'AFP M. Dumontet qui avait insisté pour que cette cérémonie se tienne pour "remettre le théâtre à l'honneur". "On veut dire au public : continuez à venir au théâtre, on est prêt", ajoute-t-il.

"Les comédiens sont à la fois dans une attente incroyable et puis ne savent pas trop comment s'y prendre : est-ce que je peux laisser éclater ma joie, ça crée des petits moments étonnants", affirme Marie-Sophie Lacarrau. A un moment, ressentant un peu de flottement dans l'air, elle demande à ce petit public de faire fi des contraintes de l'enregistrement. "Encore une pause?" s'interroge au micro un Darroussin taquin en raison des nombreuses interruptions pour permettre des ajustements à la régie.

Une cérémonie en prime time 

Des moments forts de précédentes éditions, organisées dans des salles pleines à craquer, sont visionnés sur de petits écrans suspendus au-dessus de la scène, un peu comme une vision de "l'ancien monde". Les personnes présentes devront tenir leur langue jusqu'à mardi soir, lorsque les Molières seront diffusées, chose rare, en prime time, à 21H00.

Dans le public, un duel s'annonce entre La Mouche, de et avec Christian Hecq aux Bouffes du Nord (6 nominations, dont meilleure pièce du Théâtre public, meilleur comédien et meilleure comédienne) ) et Electre des bas-fonds de Simon Abkarian au théâtre du Soleil (5 nominations). La puce à l'oreille de Feydeau à la Comédie-Française (4 nominations) part également favoris, suivi de Contes et légendes de Joël Pommerat aux Amandiers de Nanterre (3 nominations).

Dans le privé trois pièces sont au coude à coude : Une histoire d'amour la dernière pièce d'Alexis Michalik (4 nominations), Rouge avec Niels Arestrup (5 nominations dont celle de meilleur comédien), et Marie des poules (4 nominations dont celle de meilleure comédienne). 

Voici la liste des nommés dans les 19 catégories.

Molière du Théâtre privé  


- Les Beaux, de Léonore Confino, mise en scène Côme de Bellescize, Théâtre du Petit Saint Martin. 

- Marie des poules - gouvernante chez George Sand, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis, Théâtre du Petit Montparnasse.

- Rouge, de John Logan, mise en scène Jérémie Lippmann, Théâtre Montparnasse.

- Une histoire d’amour, d’Alexis Michalik, mise en scène Alexis Michalik, Théâtre La Scala Paris.

Molière du Théâtre public 


- Contes et légendes, de Joël Pommerat, mise en scène Joël Pommerat, Compagnie Louis Brouillard.

- Électre des bas-fonds, de Simon Abkarian, mise en scène Simon Abkarian, Compagnie des 5 Roues.

- La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq, Théâtre des Bouffes du Nord, Compagnie Point Fixe

- La Puce à l’oreille, de Georges Feydeau, mise en scène Lilo Baur, Comédie-Française, Salle Richelieu.

Molière de la Comédie 


- Deux euros vingt, de Marc Fayet, mise en scène José Paul, Théâtre Rive Gauche.

- J’ai envie de toi, de Sébastien Castro, mise en scène José Paul, Théâtre Fontaine.

- Père ou fils, de Clément Michel, mise en scène David Roussel et Arthur Jugnot, Théâtre de la Renaissance.

- La Vie trépidante de Brigitte Tornade, de Camille Kohler, mise en scène Éléonore Joncquez, Théâtre Tristan Bernard.

Molière de la Création visuelle 


- Cirque Le Roux – La nuit du cerf, de la Compagnie Le Roux, mise en scène Charlotte Saliou, Théâtre Libre. 

- La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq, Théâtre des Bouffes du Nord.

- Rouge, de John Logan, mise en scène Jérémie Lippmann, Théâtre Montparnasse.

- Contes et légendes de Joël Pommerat, mise en scène Joël Pommerat, Théâtre Nanterre-Amandiers

Molière du Spectacle musical 


- Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ? de Éric Bu et Elodie Menant, mise en scène Johanna Boyé, Théâtre du Petit Montparnasse.

- Frou-Frou les Bains, de Patrick Haudecoeur, mise en scène Patrick Haudecoeur, Théâtre Edouard VII. 

- Hen, de Johanny Bert, mise en scène Johanny Bert, Théâtre de Romette. 

- Jean Louis XIV, de Nicolas Lumbreras, mise en scène Nicolas Lumbreras, Théâtre des Béliers Parisiens. 

Molière de l’Humour 


- Bérengère Krief, dans Amour, de Bérengère Krief, mise en scène Nicolas Vital et Bérengère Krief. 

- Nora Hamzawi, dans Nouveau spectacle de Nora Hamzawi. 

- Alex Lutz, de Alex Lutz et Tom Dingler, mise en scène Tom Dingler.

- Muriel Robin, dans Et pof !, de Muriel Robin et Pierre Palmade, mise en scène Muriel Robin et Roger Louret.  

Molière du Jeune public  


- La Petite sirène, d’après Hans Christian Andersen, mise en scène Géraldine Martineau, Studio-Théâtre de la Comédie-Française. 

- Pinocchio, le conte musical, livret Ely Grimaldi et Igor de Chaillé, mise en scène Guillaume Bouchède, Théâtre des Variétés et Théâtre de Paris.

- Le Tour du monde en 80 jours, de Ludovic-Alexandre Vidal, mise en scène David Rozen, Théâtre Mogador. 

- Les Yeux de Taqqi, de Frédéric Chevaux, mise en scène Cédric Revollon, Cie Paname Pilotis.

Molière du Seul/e en scène 


- L’Effort d’être spectateur, avec Pierre Notte, de Pierre Notte, mise en scène Pierre Notte, Cie Les gens qui tombent. 

- Féministe pour homme, avec Noémie de Lattre, mise en scène plurielle, Théâtre La Pépinière. 

- Ma langue maternelle va mourir et j’ai du mal à vous parler d’amour, avec Yannick Jaulin, de Yannick Jaulin, Le Beau monde ? Cie Yannick Jaulin. 

- Monsieur X, avec Pierre Richard, de Mathilda May, mise en scène Mathilda May, Théâtre de l’Atelier.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre privé 


- Niels Arestrup, dans Rouge, de John Logan, mise en scène Jérémie Lippmann.

- Édouard Baer, dans Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce, d’Edouard Baer, mise en scène Isabelle Nanty et Edouard Baer. 

- Sébastien Castro, dans J’ai envie de toi, de Sébastien Castro, mise en scène José Paul. 

- Guillaume de Tonquédec, dans 7 ans de réflexion, de George Axelrod, mise en scène Stéphane Hillel.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre public 


- Simon Abkarian, dans Électre des bas-fonds, de Simon Abkarian, mise en scène Simon Abkarian. 

- Christian Hecq, dans La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq. 

- Philippe Torreton, dans La Vie de Galilée, de Bertolt Brecht, mise en scène Claudia Stavisky. 

- Michel Vuillermoz, dans Angels in America, de Tony Kushner, mise en scène Arnaud Desplechin.

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé 


- Béatrice Agenin, dans Marie des poules - gouvernante chez George Sand, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis. 

- Catherine Arditi, dans Madame Zola, de Annick Le Goff, mise en scène Anouch Setbon.

- Léa Drucker, dans La Dame de chez Maxim, de Georges Feydeau, mise en scène Zabou Breitman. 

- Élodie Navarre, dans Les Beaux, de Léonore Confino, mise en scène Côme de Bellescize.

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre public 


- Isabelle Adjani, dans Opening Night, d’après John Cassavetes, mise en scène Cyril Teste. 

- Isabelle Carré, dans Détails, de Lars Norén, mise en scène Frédéric Bélier-Garcia. 

- Géraldine Martineau, dans Pompier(s), de Jean-Benoît Patricot, mise en scène Catherine Schaub.

- Christine Murillo, dans La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq.

Molière du Comédien dans un second rôle 


- Pierre Forest, dans Madame Zola, de Annick Le Goff, mise en scène Anouch Setbon.

- Jean Franco, dans Plus haut que le ciel, de Julien et Florence Lefebvre, mise en scène Jean-Laurent Silvi. 

- Jérémy Lopez, dans La Puce à l’oreille, de Georges Feydeau, mise en scène Lilo Baur. 

- Alexis Moncorgé, dans Rouge, de John Logan, mise en scène Jérémie Lippmann. 

- Frédéric Pierrot, dans Opening Night, d’après John Cassavetes, mise en scène Cyril Teste.

- Stephan Wojtowicz, dans La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq.

Molière de la Comédienne dans un second rôle 


- Dominique Blanc, dans Angels in America, de Tony Kushner, mise en scène Arnaud Desplechin. 

- Emmanuelle Bougerol, dans Suite française, d’Irène Némirovsky, mise en scène Virginie Lemoine.

- Céline Espérin, dans Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ?, de Eric Bu et Elodie Menant, mise en scène Johanna Boyé. 

- Valérie Lesort, dans La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq. 

- Ophélia Kolb, dans Détails, de Lars Norén, mise en scène Frédéric Bélier-Garcia. 

- Héloïse Wagner, dans Plus haut que le ciel, de Julien et Florence Lefebvre, mise en scène Jean-Laurent Silvi.

Molière de la Révélation masculine 


- Jean Chevalier, dans Fanny et Alexandre, d’Ingmar Bergman, mise en scène Julie Deliquet. 

- Grégory Corre, dans Les Passagers de l’aube, de Violaine Arsac, mise en scène Violaine Arsac. 

- Brice Hillairet, dans La Souricière, d’Agatha Christie, mise en scène Ladislas Chollat. 

- Teddy Melis, dans Dom Juan, de Molière, mise en scène Jean-Philippe Daguerre.

Molière de la Révélation féminine 


- Pauline Clément, dans La Puce à l’oreille, de Georges Feydeau, mise en scène Lilo Baur. 

- Aurore Frémont, dans Électre des bas-fonds, de Simon Abkarian, mise en scène Simon Abkarian.

- Élodie Menant, dans Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ? , de Eric Bu et Élodie Menant, mise en scène Johanna Boyé. 

- Marie-Camille Soyer, dans Une histoire d’amour, d’Alexis Michalik, mise en scène Alexis Michalik.

Molière de la mise en scène d’un spectacle de Théâtre privé 


- Zabou Breitman, pour La Dame de chez Maxim, de Georges Feydeau.

- Arnaud Denis, pour Marie des poules - gouvernante chez George Sand, de Gérard Savoisien. 

- Jérémie Lippmann, pour Rouge, de John Logan. 

- Alexis Michalik, pour Une histoire d’amour, d’Alexis Michalik. 

Molière de la mise en scène d’un spectacle de Théâtre public 


- Simon Abkarian, pour Électre des bas-fonds, de Simon Abkarian.

- Lilo Baur, pour La Puce à l’oreille, de Georges Feydeau.

- Pauline Bureau, pour Hors la loi, de Pauline Bureau. 

- Joël Pommerat, pour Contes et légendes, de Joël Pommerat.

Molière de l’Auteur francophone vivant 


- Simon Abkarian, pour Électre des bas-fonds. 

- Pauline Bureau, pour Hors la loi. 

- Léonore Confino, pour Les Beaux. 

- Alexis Michalik, pour Une histoire d’amour. 

- Gérard Savoisien, pour Marie des poules - gouvernante chez George Sand. 

- Joël Pommerat, pour Contes et légendes.

Vous êtes à nouveau en ligne