"La Carpe et le Lapin" : Catherine Frot et Vincent Dedienne dans un duo théâtral tendre et lunaire

Catherine Frot et vincent Dedienne dans \"La Carpe et le Lapin\"
Catherine Frot et vincent Dedienne dans "La Carpe et le Lapin" (CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE)

Catherine Frot et Vincent Dedienne réunis dans un OVNI scénique au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Risqué, et réussi.

L’actrice multi-récompensée et le comédien-humoriste ne se connaissaient pas, Jean Robert-Charrier, le dynamique directeur de la Porte Saint-Martin leur a offert une carte blanche. Catherine Frot et Vincent Dedienne signent et jouent La Carpe et le Lapin, ce qu’ils nomment avec malice "un cadavre exquis".

Prologue 

Le trublion Dedienne déboule devant le rideau de velours rouge, s’excuse, tord ses doigts, embarrassé, le spectacle n’aura pas de prologue car ils ont eu beau y réfléchir, y travailler dur, las, ils n’ont pas pu se mettre d’accord. Ce non-prologue drolatique et réjouissant qui s’étire fait mouche. On découvre Dedienne aussitôt après en lapin-bouffon, auprès de sa Reine-Catherine Frot, en majesté dans son canapé. Et c’est parti pour une heure vingt de spectacle écrit à quatre mains avec les références de chacun, en forme de cadavre exquis, vous savez ces mots écrits à la suite les uns des autres et qui au final forment une phrase improbable…

Ces deux-là excellent à sauter ainsi du coq à l’âne ou plutôt de Beckett à Palmade, en passant par Le Dîner de cons et un hommage touchant à Jacques Villeret, quand Frot, très en verve, ne pousse pas la chansonnette avec une nette préférence pour la chanson française d’avant guerre, délicieusement grivoise (Trou de mon quai de Dranem par exemple !).

Deux sales gosses espiègles

Si certaines transitions patinent un peu, les deux sales gosses espiègles et talentueux nous entrainent dans leur jeu comme deux funambules sur un fil. Petites silhouettes comme perdues sur une gigantesque scène ouverte jusqu’aux cintres, qui rappelle les cours de récréation désertes. Frot et Dedienne ont demandé à Serge Bagdassarian de la Comédie-Française d’utiliser son regard bienveillant pour les mettre en espace. Il en résulte de jolies trouvailles visuelles : neige scintillante, tapis roulant et même une chorégraphie inspirée de Pina Bausch, mais avec une charmante modestie.

"Avant j’étais normale, ça m’a rendue dingue" glousse la Reine Frot, laissant poindre la Dilettante et Marguerite. Derrière la légèreté de cette parenthèse loufoque et volontairement chaotique, ces deux là, mine de rien, se dévoilent. Deux artistes, deux générations, qu’unissent une admiration mutuelle et une excentricité commune, comme si La Carpe et le Lapin étaient faits pour vivre ensemble.

La Carpe et le Lapin
Théâtre de la Porte Saint-Martin
01 42 08 00 32
Du 26 février au 12 avril 2020
Mardi au vendredi 20h
Samedi 17h et 20h30
Dimanche 16h

Vous êtes à nouveau en ligne