Isabelle Carré et Bernard Campan savoureux dans "La Dégustation"

Bernard Campan et Isabelle Carré dans \'La Dégustation\"
Bernard Campan et Isabelle Carré dans 'La Dégustation" (Charlotte Spillemaecker)

Isabelle Carré Carré et Bernard Campan se retrouvent au théâtre de la Renaissance, dans une pièce d’Ivan Calbérac, "La Dégustation". Charmant !

Jacques tient une cave à vin. Divorcé, bourru, iI voit débarquer Hortense, venue assister à une séance de dégustation. Bien sûr tout oppose l’ours mal léché et la bourgeoise un peu vieille fille, investie dans l’humanitaire. Et pourtant…

Naïveté et enthousiasme

Blessures, fragilité, solitude, ces deux-là vont se reconnaître et se dévoiler, au fil de dégustations aussi cocasses que désinhibantes. Avec l’incursion d’un jeune en conditionnelle au beau milieu de cette idylle naissante, on craint un moment que la jolie comédie ne vire à l’improbable. Mais Calbérac l'intègre habilement, et peut-être conscient du danger, continue de s’accrocher à notre couple naissant d’amoureux, en particulier à la naïveté et à l’enthousiasme d’Hortense de la Villardière incarnée par la délicieuse Isabelle Carré. Son personnage, en mal d’enfant, bien plus fantaisiste qu’il n’y parait, réserve bien des surprise.
(Charlotte Spillemaecker)

Télescopages comiques

On rit de bon cœur, on est ému, on goûte chaque gorgée de cette "Dégustatio"n qui voit des personnalités si contrastées se télescoper. La complicité de Campan et Carré, réunis 17 ans après "Se souvenir des belles choses" fait merveille. Et les seconds rôles ne sont pas en reste, qu’il s’agisse du jeune délinquant (Mounir Amamra) ou du voisin commerçant (Eric Viellard) qui n’est pas le dernier à se précipiter chez le caviste, dès qu’il entend un bouchon sauter !

Yvan Calbérac, l’auteur de "L’Etudiante et Monsieur Henri", confirme son talent d’observateur subtile et optimiste de ses congénères. Comme ça fait du bien !   
Vous êtes à nouveau en ligne