Festival d’Avignon : dans "Outside", Kirill Serebrennikov fait du photographe chinois Ren Hang un symbole de liberté

\"Outside\" de Kirill Serebrennikov
"Outside" de Kirill Serebrennikov (CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE)

Le cinéaste et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov (auteur de "Leto"), toujours en liberté surveillée dans son pays pour des raisons pas tout à fait claires, imagine dans "Outside" sa rencontre avec le jeune photographe chinois suicidé, Ren Hang. 

Fasciné par l’univers du jeune chinois, photographe et poète mort à 29 ans, Kirill Serebrennikov avait initié une rencontre autour d’un projet théâtral avec lui. Mais Ren Hang s’est suicidé deux jours avant leur rencontre, le 24 février 2017. "Cela a été un choc pour moi. J’ai eu le sentiment de perdre quelqu’un que je connaissais, qui m’étais même proche", dit Serebrennikov. Le metteur en scène invente donc la rencontre qui n’a pas eu lieu avec cet artiste à l’univers singulier, qui parle dans ses photos et ses poèmes de beauté, de sexe, d’amour, de rapport à la nature et qui fut, étant donné ces thèmes, souvent victime de la censure chinoise.

\"Outside\" de Kirill Serebrennikov
"Outside" de Kirill Serebrennikov (CHRISTOPHE RAYNAUD DE LAGE)

La rencontre entre le Russe et le Chinois, personnages sulfureux dans leurs pays, ne tient pas seulement à leur univers mais au fait qu’ils étaient tous deux homosexuels. L’un Serebrennikov, de manière plus crue, l’autre, Ren Hang, beaucoup plus pudique. Témoin d'une séance hardcore on le voit indifférent, absent, car comme il le disait et comme il le répète dans la pièce : la pornographie ce n’est pas son monde. On le comprend d'autant plus dans une jolie séquence où le jeune Chinois fait poser des corps nus, dans des attitudes certes suggestives mais très esthétisantes, avec comme accessoires des brassées de fleurs. Serebrennikov réinterprète les images de Hang, mais aussi, avec beaucoup d'humour, celles de l'américain Robert Mapplethorpe.

\"Outside\" de Kirill Serebrennikov
"Outside" de Kirill Serebrennikov (Christophe Raynaud de Lage)

Liberté 

Outside parle du statut de l'artiste, et aussi de son rapport à la famille. Serebrennikov met en scène la mère du photographe, faisant référence à une anecdote tout à fait réelle, son déni : pour elle, qui détient pourtant les droits de ses photos, son fils n'est pas mort.  

Autre personnage qui ajoute beaucoup d'ironie et de sarcasmes à la pièce, un clone de Noureev mais en surpoids surnommé "Pétochard", rêve de pouvoir s'élancer comme son idole selon les codes de la danse classique. 

La rencontre entre Serebrennikov et Ren Hang tient évidemment à leur goût de la liberté dans des pays qui ne l’ont pas comme première vertu et une même volonté de passer par-dessus les tabous. Le jeune Chinois montrant, et c’est très bien retranscrit par Serebrennikov, une volonté constante de s’échapper qui le conduira à cette "liberté" définitive que sera son suicide (il fait souvent dans ses poèmes référence aux oiseaux).

On apprendra lors de la conférence de presse que ce spectacle a été financé par des fonds privés, selon la règle non écrite en Russie "qu'il ne faut pas faire d'expérience avec l'argent public..."

\"Outside\" de Krill Serebrennikov
"Outside" de Krill Serebrennikov (Christophe Raynaud de Lage)

Tout cela est raconté avec le talent de Serebrennikov qui a le sens du récit et de l’image frappante, alternant un langage cru et des envolées poétiques. Le spectacle est servi par des comédiens russes et chinois très à l’aise avec ce que leur propose le metteur en scène. Ils savent danser, chanter… se déshabiller. Ils savent tout faire, accompagnés par des musiques envoûtantes, inspirées par les poèmes de Hang et jouées sur scène (elle sont signées Ilya Demutsky, le compositeur attitré du metteur en scène). Cela nous permet de suivre le spectacle jusqu’au bout, alors qu’il souffre à notre avis d’un défaut majeur : si on n’est pas familier, et peu le seront dans l’assemblée, de l’univers du jeune Chinois, on peut rester à distance.  

On conseillera donc à tous ceux qui attendent ce spectacle avec impatience de se renseigner un peu sur l’œuvre de Ren Hang, dont on ne voit qu'une seule photo, géante, au début du spectacle. Le soir de la première elle représentait un homme nu sur un parapet au sommet d'un gratte-ciel, mais elle sera différente chaque soir. 

Le soir de la Première d\'\"Outside\", aux saluts, les comédiens arborent un tee shirt \"Free Kirill\"
Le soir de la Première d'"Outside", aux saluts, les comédiens arborent un tee shirt "Free Kirill" (Sophie Jouve)

"Outside" de Kirill Serebrennikov 
16,17,19, 20, 21, 22, 23 jullet 2019    
Vedène
Durée 1h45 
Spectacle en russe surtitré en français et en anglais 
Conseillé à partir de 18 ans  

Vous êtes à nouveau en ligne