Bienvenue à l'"Hôtel Mamour", la pièce de théâtre qui vous propose un tête à tête avec un comédien dans une chambre

Bienvenue à l\'hôtel Mamour
Bienvenue à l'hôtel Mamour (C. Peyrot / France 3 Alsace)

Cette pièce s'inscrit dans le cadre de la 8e saison de "Strasbourg mon amour".

Du 7 au 16 février, Strasbourg mon amour offre une série de rendez-vous culturels qui permettent de réinventer la Saint-Valentin. Pour sa huitième édition, laissez- vous entraîner à l'Hôtel Mamour où le spectateur se retrouve seul face à un acteur pendant cinq minutes dans une chambre. Déconcertant !

Déjà, le fait d'être accueilli par une charmante Madame Claudie qui, en vous regardant droit dans les yeux, vous déclare qu'elle croit avoir "ce qu'il vous faut" met un peu la puce à l'oreille. Quand, de plus, elle vous conduit jusqu'à la porte de "votre première gourmandise"; là on est un peu déboussolé !

Que dire de l'accueil un peu gêné de Richard Plaisant ? Cheveux grisonnants, veste ouverte sur le torse, il  vous invite dans sa chambre d'hôtel pour vous lire une lettre qu'il dit vous avoir écrite mais qui, en nous promettant "le sel au baiser de ta bouche", vous laisse un curieux goût de déjà vu "hallydien". Déconcertant !

Textes, massages et fitness

Et c'est bien l'objectif de cet OVNI théâtral qu'est Hôtel Mamour qui propose dix chambres pour dix acteurs et un spectateur par chambre pendant cinq minutes. "Vous avez en plus des extras, des activités collectives où les spectateurs peuvent faire du massage, du fitness proposé par le personnel de cet hôtel" précise Illia Delaigue le metteur en scène.

Hôtel Mamour a pour cadre l'hôtel Graffalgar, un hôtel inspiré qui promet de faire découvrir à ses clients un Strasbourg alternatif. Et pour cela les artistes reçoivent carte blanche pour vous surprendre. Et de fait on n'est pas au bout de nos surprises.

Renouveler les publics

En poussant une autre porte, on est accueilli cette fois par une jeune femme en peignoir qui bredouile :"Ce n'est pas moi c'est toi et je ne te mérite pas" qui achève de vous embrouiller. Mais Mademoiselle Claudie veille scrupuleusement au respect des horaires,"5 minutes c'est cinq minutes".

Aujourd'hui le spectateur est digital, sa vie se passe autant sur internet que dans le monde réel. Cette modification des comportements nous conduit à nous poser la question : comment on va pouvoir renouveler les publics car le public du théâtre vieillit et ne se renouvelle pas.Illia DelaigleMetteur en scène "Hôtel Mamour"

"Hôtel Mamour" à l'hôtel Graffalgar
17 Rue Déserte, 67000 Strasbourg
Samedi et dimanche, de 15 heures à minuit 

Vous êtes à nouveau en ligne