Spectacles : dans les coulisses du cirque Pinder

France 2

Louis Laforge fait découvrir ce soir les coulisses du cirque Pinder, qui ravit depuis des années petits et grands.

Louis Laforge est dans les coulisses du cirque Pinder alors que le spectacle ne va pas tarder à commencer. "Il y a toujours une petite appréhension juste avant", avoue Monsieur Loyal, tout juste 23 ans. Le directeur du cirque, c'est Frédéric Edelstein. Il y est aussi dompteur depuis presque 30 ans. Tous les matins, avant le spectacle, il répète son numéro avec les lions, ses partenaires. Il leur parle en anglais et en allemand. "Parce que l'anglais, c'est des syllabes courtes et parce que l'allemand, c'est plus guttural", explique-t-il. Les fauves ont à peine deux ans, ils commencent leur vie d'artiste.

Treize nationalités sous le même chapiteau

En Afrique du Sud, "ils étaient hélas destinés au triste business de la chasse. Ils allaient pratiquement tirer à bout portant sur un pauvre lion blanc pour 12, 15, 18 000 euros", dénonce-t-il. Après la répétition, les lions sont nourris. Ils mangent chacun près de dix kilos de viande par jour.
150 personnes travaillent sous le chapiteau du cirque Pinder. Ces treize nationalités différentes cohabitent plus de onze mois de l'année. Pourquoi le cirque Pinder reste-t-il si populaire ? "La vraie tradition du cirque avec les paillettes, avec les strass et ceux qui sont les stars chez nous, ce n'est pas nous, ce sont les animaux. Tout ce qu'on voit à l'époque de Pinder ORTF, ce sont des images qu'on peut retrouver maintenant et qui sont la véritable image du cirque", s'enthousiasme le directeur.
Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne