"Oui, je me suis inspiré de gars" : pour la première fois, Gad Elmaleh admet avoir emprunté des sketchs à d'autres humoristes

Gad Elmaleh au Festival de Cannes (Alpes-Maritimes), le 19 mai 2019.
Gad Elmaleh au Festival de Cannes (Alpes-Maritimes), le 19 mai 2019. (ASATUR YESAYANTS / SPUTNIK / AFP)

En début d'année, la chaîne YouTube CopyComic avait publié une vidéo montrant des similitudes importantes entre certains sketchs de Gad Elmaleh et d'autres humoristes.

"Je ne le referais pas, mais je ne le regrette pas parce que je n'ai jamais été dans une démarche malicieuse." Dans Le Parisien, l'humoriste Gad Elmaleh est revenu sur les accusations de plagiat qui le visaient, mardi 24 septembre. "Oui, je me suis inspiré de gars, oui, j'ai chopé ça. Voilà, au moment où le stand-up arrivait, avec ma génération, on s'est inspiré des Américains", raconte-t-il au quotidien. 

"Ça ne résume pas ma carrière"

En début d'année, la chaîne YouTube CopyComic avait frappé un grand coup avec une vidéo montrant des similitudes importantes entre certains sketchs de Gad Elmaleh et d'autres humoristes, souvent anglo-saxons comme Louis CK et son idole, Jerry Seinfeld. Au point de faire sortir de son silence le comédien, qui avait répliqué sans revenir sur le fond du dossier.

Plusieurs mois plus tard, Gad Elmaleh se défend : "1 minute 30 de show sur vingt ou trente heures de spectacles que j'ai faits dans ma vie, ça ne résume pas ma carrière. Ce qui caractérise mon humour, c'est un langage que j'ai inventé, les personnages, la gestuelle, mon regard sur la vie, mon histoire personnelle", répond-il.

C'est la première fois que l'humoriste reconnait sans ambages - bien qu'a minima - ce que les internautes ont constaté il y a des mois, avec les vidéos de CopyComic. Derrière cet avatar, se cache Ben, un internaute gardant l'anonymat qui dit s'appuyer sur sa mémoire, sa DVDthèque et YouTube pour épingler les auteurs présumés de plagiat.

Parmi eux, Tomer Sisley, Jamel Debbouze, Michael Youn et bien sûr, Gad Elmaleh, à qui il a consacré deux vidéos spéciales ("les gaderies") diffusées début 2019 et vues respectivement par 2,1 et 1,3 million de personnes.

Un séisme dans le monde du stand-up

Ces vidéos ont provoqué un séisme dans le milieu très concurrentiel du stand-up, entre ceux évoquant un secret de polichinelle, ceux s'indignant du manque d'éthique de la profession et ceux préférant minimiser comme Manu Payet. "C'est cher payé, pour un truc qui se résume à 10-15 min de vannes sur 25 ans de carrière", avait argué ce "pote" de Gad Elmaleh il y a quelques jours au Parisien.

Au Canada, où il a débuté sa carrière, un petit cabaret de Montréal a décidé de "bannir" Gad Elmaleh pour "protéger les (autres) humoristes et les créateurs".

Face à la polémique, le comique qui joue dans une série inspirée de sa vie sur Netflix (Huge in France, à l'accueil mitigé) s'était contenté de répliquer sous les traits de son personnage fétiche Chouchou... "Qu'ils aillent tous se faire bien... cajoler", avait-il lancé mi-février dans une vidéo à ses fans.

Cette réaction n'avait pas calmé les esprits, au contraire. La situation s'était envenimée, avec menaces d'action en justice, couverture de magazine et "guéguerre" entre humoristes pour identifier qui se cache derrière CopyComic.

L'aveu d'Elmaleh calme certains de ses pairs

En admettant des emprunts, Gad Elmaleh a un peu calmé ses pairs comme Muriel Robin, qui ne l'avait pas épargné en parlant de "vol intellectuel" "Je trouve ça bien qu'il ait reconnu. Je ne comprenais pas la défense qui l'amenait à nier quand il y a des preuves à ce point-là. Je n'ai jamais fait ça de ma vie. Il semblerait qu'il ne soit pas le seul...", a-t-elle affirmé mercredi à l'AFP. "C'est très pardonnable si c'est avoué", a-t-elle ajouté.

Sur la toile, le ton était parfois moins conciliant, avec des internautes anonymes remontés à bloc. De son côté, l'humoriste a promis qu'on ne l'y reprendrait plus, promettant un nouveau one-man-show "100% Gad", qui évoquera d'ailleurs la question du plagiat, "de manière drôle, honnête", ainsi que le rapport aux médias et aux réseaux sociaux.

Si c'était à refaire, "je ne le referais pas, mais je ne le regrette pas parce que je n'ai jamais été dans une démarche malicieuse". "J'ai des rapports avec ceux dont je me suis inspiré, aucun ne s'est jamais plaint", affirme-t-il, insistant sur la violence d'une polémique, à ses yeux, excessive.

"Il y avait un fond de hargne, une volonté de nuire... Personne n'a envie d'être affiché dans la presse comme quelqu'un qui a volé", lance-t-il, sans le nommer, à l'adresse de CopyComic. Très peu présent sur les réseaux sociaux depuis l'été, ce dernier n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP mercredi.

Vous êtes à nouveau en ligne