Accusations de plagiat dans le stand-up français : on vous résume l'affaire CopyComic

Ce vidéaste anonyme publie des vidéos sur YouTube dans lesquelles il montre que des humoristes français se sont largement inspirés (pour ne pas dire copier) de blagues de leurs homologues américains.

Gad Elmaleh, Michael Youn, Jamel Debbouze, Tomer Sisley ou encore Michel Leeb... Depuis un an, tous se sont fait épingler par le compte YouTube baptisé "CopyComic Videos", pour avoir repris mot pour mot des sketchs d'humoristes américains et parfois français. Coïncidence ou plagiat ? C'est la question que pose ce youtubeur anonyme. Les auteurs ciblés par CopyComic expliquent, eux, s'être simplement inspirés d'autres artistes. Et beaucoup cherchent à identifier ce mystérieux justicier de l'humour. Certains ont évoqué les noms de Kheiron et Baptiste Lecaplain. Si vous êtes perdus, franceinfo vous résume cette affaire.

1D'où partent les accusations de plagiat ?

Depuis octobre 2017, CopyComic poste sur YouTube des montages où des sketchs d'humoristes américains et français sont comparés. Le résultat est souvent éloquent : les montages montrent les humoristes reprendre parfois au mot près les bonnes blagues de leurs collègues étrangers. L'humoriste français Tomer Sisley est le premier à avoir été accusé de plagiat dans deux vidéos postées coup sur coup sur le compte. Dans son spectacle Stand up, datant de 2006, CopyComic estime que 30% des textes interprétés par Tomer Sisley seraient en fait "empruntés" à des auteurs américains.

"Ces humoristes américains étaient absolument inconnus en France. Il y en a plein à qui j'ai pris une vanne ou deux", se justifiait Tomer Sisley, en mars 2018, interrogé par les équipes d'"Envoyé Spécial". Je les ai collées à l'intérieur du spectacle qu'on avait déjà. C'était comme une garniture, quoi. Moi, j'adorais jouer ça." Et l'humoriste de préciser que ces "emprunts" n'ont pas valu de pourcentage spécifique à leurs auteurs.

Après avoir épinglé Michael Youn ou encore Michel Leeb, le compte CopyComic Videos récidive en janvier 2019, en s'attaquant cette fois-ci à un poids lourd du milieu : Gad Elmaleh. Les montages accusent l'humoriste français, qui s'est produit plusieurs fois aux Etats-Unis, d'avoir plagié des sketchs de grands noms américains du stand-up, tels George Carlin, Martin Matte ou Richard Pryor. Outre-Atlantique, où le plagiat est moins toléré, ces "emprunts" ont fait beaucoup réagir même si aucune poursuite n'a été engagée contre Gad Elmaleh. Martin Petit, l'un des humoristes que l'interprète de Chouchou aurait plagié, a ainsi commenté ce "vol de blagues" sur Radio Canada : "Je trouve ça vraiment gênant pour lui, je trouve ça épouvantable, c'est la pire affaire qu'un humoriste peut faire."

2Pourquoi en reparle-t-on maintenant ?

Dimanche 2 juin, Sandra Sisley, la femme de Tomer Sisley, a accusé sur Instagram l'humoriste Kheiron d'être derrière le compte CopyComic. Elle a aussi évoqué le rôle de Baptiste Lecaplain, un autre humoriste français. Selon le HuffPost, deux proches de Gad Elmaleh – l'acteur Philippe Lellouche et le producteur Michel Lumbroso – ont relayé ces accusations sur Twitter, en désignant directement Kheiron. Dès le lendemain, les deux humoristes ont démenti.

"Donc pour répondre à cette accusation plutôt flatteuse : Non, je ne suis pas CopyComic", assure ainsi Kheiron, tout en précisant avoir "aidé" le youtubeur dans sa collecte de sketchs : "Et je le répète, je suis fier d'avoir fait partie de cette aide."

De son côté, CopyComic a lui aussi démenti être l'un des deux humoristes évoqués par Sandra Sisley. Celui qui n'a pas publié de vidéo depuis trois mois s'est justifié sur sa démarche, en expliquant recevoir de l'aide extérieure pour réaliser ses montages : "Les échanges que je peux avoir avec plus d'une cinquantaine d'humoristes connus (qui n'ont rien à se reprocher sur le plagiat) me permettent de vérifier des infos." 

3Mais qui est réellement CopyComic ?

Celui qui épingle les humoristes depuis octobre 2017 souhaite garder l'anonymat. "Je travaille dans le monde du spectacle, c'est tout ce que je dirai, cela me paraît bien suffisant", expliquait CopyComic il y a un plus d'un an à GQ. Le magazine donnait quelques informations sur l'identité réelle de celui qui se fait appeler "Ben" lorsqu'il répond aux sollicitations médiatiques. Le mensuel croit savoir que celui qui se cache derrière CopyComic "tente de percer dans la jungle des stand-up parisiens. Sans grand succès".

Je n'ai aucun intérêt personnel à révéler ces plagiats, c'est de la paranoïa de croire à cette théorie.CopyComicdans "GQ"

Quelques mois auparavant, il confiait à 20 Minutes être "fan de stand-up". "Quand j'ai vu le spectacle de Tomer Sisley, à l'époque, certaines blagues m'avaient paru très familières. Avec le temps, je me suis rendu compte que je les avais simplement déjà vues", explique-t-il. Alors qu'il n'avait que deux vidéos à son actif, il déplorait déjà la différence dans la prise en compte du plagiat entre la France et les Etats-Unis : "Un voleur de vannes peut voir sa carrière brisée, mais en France, ça passe."

Une chose est sûre : les humoristes épinglés semblent décidés à percer l'identité de ce youtubeur. En février, Gad Elmaleh a ainsi saisi la justice pour "atteinte aux droits voisins et non aux droits d'auteur", en demandant au passage à Twitter de lui communiquer l'identité et les coordonnées du compte de CopyComic Videos. Le réseau social a refusé et a permis la rediffusion des vidéos. Un mois plus tard, CopyComic s'inquiétait auprès du quotidien canadien La Presse que Gad Elmaleh ait pu obtenir, via Facebook, des informations personnelles permettant de l'identifier.

Vous êtes à nouveau en ligne