Le Ballet de l'Opéra de Paris de retour au palais Garnier à l'automne

L\'Opéra Garnier pendant le confinement, le 2 mai 2020 à Paris
L'Opéra Garnier pendant le confinement, le 2 mai 2020 à Paris (JP PARIENTE / SIPA)

Malgré les travaux en cours jusqu'à la fin de l'année, après une saison tronquée par les grèves puis la pandémie de coronavirus, la prestigieuse compagnie prépare la reprise.

Le Ballet de l'Opéra de Paris sera de retour à Garnier dès l'automne avec du classique et des créations de chorégraphes de renom, malgré les travaux qui s'y tiennent jusqu'à la fin de l'année, a annoncé à l'AFP la directrice de la danse Aurélie Dupont.

La compagnie formée de 154 danseurs renouera avec la scène après une longue période de turbulences marquée par une grève historique depuis le 5 décembre du personnel de l'Opéra, suivie de l'épidémie du coronavirus. Pendant les travaux de rénovation, les danseurs seront sur le proscenium, c'est-à-dire l'avant-scène qui va recouvrir la fosse d'orchestre. "Il y a certes des contraintes mais ça permet de se réinventer, de proposer d'autres formes de spectacle", a indiqué Aurélie Dupont, ex-danseuse étoile, estimant cela sera "quelque chose d'intime, de différent".

Coup d'envoi : 2 octobre pour le classique, 5 novembre pour le contemporain

Pour le classique, étalé sur une vingtaine de représentations à partir du 2 octobre 2020, "il y aura essentiellement des solos et des pas-de-deux, dansés par les étoiles, les premiers danseurs et les premières danseuses de l'Opéra", a-t-elle indiqué.

Côté contemporain, à partir du 5 novembre, le corps de ballet dansera 17 représentations de quatre créations signées de chorégraphes contemporains établis comme Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet. Les deux autres créations sont celles de Tess Voelker, 23 ans, de la Nederlands Dans Theater 2 (la troupe de jeunes artistes du NDT) et Mehdi Kerkouche, un chorégraphe de hip hop qui, pendant le confinement, avait monté sur une chanson de Barry White une chorégraphie à distance devenue virale.

Des pertes de billetterie de plus de 40 millions d'euros

Des concerts seront également proposés pendant les week-ends. Depuis le 5 décembre, près d'une centaine d'opéras et de ballets ont été annulés, entraînant des pertes de billetterie de plus de 40 millions euros. Ces pertes avaient notamment entraîné l'annulation d'une création mondiale d'un ballet prévue pour la saison 2020-2021, Le Rouge et le Noir, inspiré du livre de Stendhal et signé de l'éminent chorégraphe français Pierre Lacotte. Cette création a été reportée "en octobre-novembre 2021", a précisé Aurélie Dupont, ajoutant que le ballet Mayerling qui devait entrer au répertoire en mai a été décalé en 2022.

Le palais Garnier, joyau architectural de Paris et actuellement ouvert aux visiteurs, va par ailleurs recevoir pour la première fois du public dans sa salle depuis la crise du coronavirus les 13 et 14 juillet, pour deux concerts gratuits en hommage au personnel soignant. La jauge a été réduite de moitié.

Vous êtes à nouveau en ligne