Sitôt sorti de son bloc de pierre, Abraham Poincheval va couver de vrais œufs

Abraham Poincheval enfermé dans son nid de verre, couvant ses oeufs, au premier jour de sa performance au Palais de Tokyo.
Abraham Poincheval enfermé dans son nid de verre, couvant ses oeufs, au premier jour de sa performance au Palais de Tokyo. (Capture d'écran live YouTube Palais de Tokyo)

Un mois après s’être enfermé une semaine dans un bloc de pierre au Palais de Tokyo à Paris, le performeur Abraham Poincheval va tenter de couver des oeufs pendant une durée de 21 à 26 jours. France info l’a rencontré.

Il y a un mois, il sortait de la pierre dans laquelle il était resté enfermé pendant une semaine au Palais de Tokyo à Paris : Abraham Poincheval entame ce mercredi 29 mars une nouvelle performance, toujours au Palais de Tokyo. Cette fois, il va tenter de couver des œufs pendant une durée de 21 à 26 jours jusqu’à l’éclosion de poussins.

Le performeur, Abraham Poincheval, au Palais de Tokyo.
Le performeur, Abraham Poincheval, au Palais de Tokyo. (RADIO FRANCE / Anne Chépeau)

Cette performance est une façon pour l’artiste de se confronter au monde animal. Il s’est confié à franceinfo. 

>> Regardez la performance d'Abraham Poincheval en direct 

Franceinfo : Comment va se dérouler votre performance ?

Abraham Poincheval : Nous avons fabriqué une sorte de vivarium, une vitrine, pour pouvoir conserver la chaleur et ne pas être trop dépendant de la chaleur du musée. Dans cette vitrine, qui a un socle, nous avons installé un stock de vivres et d’eau pour pouvoir tenir entre 21 et 26 jours. Il y a une sorte de table de ponte, disons de couvaison, plutôt, sur laquelle je me tiendrai. Je serai, moi, revêtu d’une sorte de caparaçon [une housse d’ornement dont on revêt les chevaux NDLR] qui a été fabriqué par une artiste coréenne Seulgi Lee qui permet d’éviter que la chaleur se diffuse trop ou s’échappe trop vite, et qu’elle reste concentrée sur les œufs.

Comment vit-on avec le regard des autres en permanence pendant plus de trois semaines ?

Pour tout vous dire, je n’en sais rien du tout. C’est une chose que je vais expérimenter. Il y a d’ailleurs une caméra qui filmera tout en permanence et retransmettra sur internet, à la manière de celles installées sur les nids d’aigle, où l’on voit les oisillons naître. C’est un temps… tout le temps relayé !

Qu’est-ce que vous attendez de cette nouvelle performance ? 

Ce sont des questions de genre, de transgenres, de transhumanités, du féminin-masculin, du rapport à l’animal. Après, je ne sais pas comment cela va se passer, mais cela m’intéresse. 

Abraham Poincheval prépare son \"nid\".
Abraham Poincheval prépare son "nid". (RADIO FRANCE / Anne Chépeau)

Vous avez conscience que pour beaucoup de gens, cela paraît une idée parfaitement farfelue de vouloir se mettre à couver des œufs ?

 Oui ! (rires)… Je veux bien croire que c’est absolument farfelu. Mais c’est en même temps ce que je trouve assez beau. Cela a d’ailleurs été déjà défendu, au travers des ermites. Cela pouvait paraître tout à fait incongru, en décalage par rapport à l’époque dans laquelle ils vivaient, et pourtant c’est une manière de poser les questions différemment.

Palaisdetokyo