"Hollywood", "Betty", "Little Fires Everywhere"… On regarde quoi comme séries en mai ?

L\'affiche de la série \"Little Fires Everywhere\" qui sera diffusée sur Amazon Prime Video à partir du 22 mai 2020.
L'affiche de la série "Little Fires Everywhere" qui sera diffusée sur Amazon Prime Video à partir du 22 mai 2020. (HULU)

Chaque mois, franceinfo vous propose une sélection de séries à regarder à la télévision ou sur les plateformes de SVoD.

Si, depuis le début du confinement, vous avez fusionné avec votre canapé, ce n'est pas près de s'arranger. En mai, de nouvelles séries télé débarquent à la pelle. Et on ne vous parle même pas des exclusivités de HBO Max, le site de SVoD de WarnerMedia qui sera lancé aux Etats-Unis le 27 mai. Et pour cause, si la plupart des séries HBO sont diffusées en France sur OCS, ce ne sera pas le cas pour celles-ci (c'est le cas par exemple de Love Life, qui sera proposé au lancement de la plateforme). Mais rassurez-vous, notre sélection va vous faire oublier cette mauvaise nouvelle.

"Hollywood" (le 1er mai sur Netflix)

Après The Politician, sa teen comedy queer sortie l'an dernier, Ryan Murphy (le créateur de Glee, Nip/Tuck...) dégaine son deuxième projet produit par Netflix. Son objectif : montrer l'envers du décor de ce que l'on appelle communément l'âge d'or d'Hollywood, soit les deux décennies qui ont fondé la renommée du cinéma américain. On y suit un groupe de jeunes gens déterminés à percer alors que la Seconde Guerre mondiale vient de se terminer.

Au casting de cette mini-série de sept épisodes, on retrouve l'épatant Darren Criss (American Crime Story: The Assassination of Gianni Versace), mais également d'autres acteurs fétiches du créateur comme Dylan McDermott (American Horror Story), David Corenswet (The Politician) ou Patti LuPone (Pose).

"Into the Night" (le 1er mai sur Netflix)

Imaginez que, soudainement, les rayons du soleil soient devenus instantanément mortels. C'est le postulat de départ d'Into the Night, une mini-série de science-fiction qui nous fait vivre les premières heures de ce changement qui met en péril l'humanité. Pour tenter d'échapper à une mort certaine, douze passagers d'un vol de nuit en partance de Bruxelles vont faire cap vers l'Ouest.

Pour sa première création originale Netflix, la Belgique dégaine un scénario catastrophe original et fait le pari d'un casting très européen. De quoi nous séduire sur le papier.

"Upload" (le 1er mai sur Amazon Prime Video)

En 2033, il est désormais possible de se télécharger juste avant de mourir pour poursuivre son existence virtuelle. C'est le choix que fait Nathan, un jeune développeur web, après avoir été victime d'un accident de voiture. Guidé par Nora dans cette drôle d'extension de vie, il va désormais apprendre à "vivre" dans un monde où tout, ou presque, est possible.

Pour sa nouvelle création originale, Amazon Prime Video fait le pari de la comédie futuriste portée par le scénariste Greg Daniels (The Office). Au casting des huit épisodes de 26 minutes, on retrouve le Canadien Robbie Amell (True Jackson) et la chanteuse camerounaise Andy Allo.

"Battlestar Galactica" (le 1er mai sur Amazon Prime Video)

Ça ne vous a pas échappé, Battlestar Galactica est loin d'être une nouveauté. Mais cette série devenue culte, dont la diffusion s'est arrêtée après quatre saisons en 2009, n'a jamais bénéficié en France d'une visibilité à sa mesure. Hormis les fans qui s'étaient procurés les DVD à l'époque, la série n'est que brièvement passée sur NRJ12, AB1 puis sur SFR Play. Pas le moyen le plus simple pour découvrir ce chef d'œuvre de l'histoire des séries, à ranger aux côtés de The Wire, Les Soprano ou encore Six Feet Under.

Mais ça parle de quoi ? De l'humanité et de sa survie, tout simplement. Après une attaque nucléaire lancée par les Cylons, des robots humanoïdes créés par l'homme, une flotte spatiale avec à son bord les derniers êtres humains part à la recherche d'une nouvelle planète. Ne cherchez plus, Battlestar Galactica est la meilleure série de science-fiction. Et probablement la plus adaptée pour clore ce confinement et réfléchir à notre futur.

"Betty" (à partir du 2 mai sur OCS)

Le quotidien d'une bande de skateuses new-yorkaises rythmé par leurs amours, leurs virées urbaines et leurs "tricks", le temps d'un été suffocant dans la Grosse Pomme.

Imaginé comme une suite en épisodes du film Skate Kitchen de la réalisatrice Crystal Moselle, Betty est la bouffée queer et féministe dont on rêvait. On retrouve les actrices du long-métrage, de vraies skateuses, tout au long des six épisodes de 30 minutes qui seront diffusés chaque semaine en US+24 sur OCS. La série parfaite pour rêver d'un après où le skateboard pourrait faire son grand retour, le masque au vent.

"The Eddy" (le 8 mai sur Netflix)

Dans The Eddy, on suit le quotidien d'un club de jazz parisien au bord de la faillite. Parce qu'il est, d'un côté, tenu par Elliot Udo (André Holland de Moonlight), un pianiste new-yorkais totalement immature. Et parce que, de l'autre, l'associé d'Elliot est mêlé à de drôles d'affaires.

Si ce pitch succinct ne vous fait pas particulièrement envie, c'est probablement parce que l'intérêt de cette série est à chercher ailleurs. D'une part parce que c'est la première série du réalisateur Damien Chazelle, multi-oscarisé pour La La Land et Whiplash. D'autre part, parce que c'est une coproduction franco-américaine dans laquelle on retrouvera, entre autres, Leïla Bekhti et (son époux à la ville) Tahar Rahim, réunis dix ans après Un prophète de Jacques Audiard. Et enfin, parce que la musique a été confiée à Glen Ballard, qui a notamment coécrit certains titres des albums Bad et Dangerous de Michael Jackson. Convaincus ?

"I Know This Much Is True" (à partir du 11 mai sur OCS)

Dans l'Amérique des années 1990, l'histoire de Thomas et Dominik, des frères jumeaux, dont l'un souffre de troubles mentaux.

Adapté du roman de l'auteur américain Wally Lamb, I Know This Much Is True est le nouveau projet de Derek Cianfrance, scénariste et réalisateur des films Blue Valentine et The Place Beyond The Pines. Cette mini-série en sept épisodes est produite pour HBO et portée par Mark "Hulk" Ruffalo, qui incarne les deux personnages principaux, avec à ses côtés Melissa Leo (Louie), Kathryn Hahn (I Love Dick, Transparent) et l'humoriste Rosie O'Donnell.

"White Lines" (le 15 mai sur Netflix)

La saison 4 de La Casa de Papel n'a déjà plus de secret pour vous ? Il ne vous reste plus qu'à vous lancer dans White Lines, la nouvelle série de son créateur espagnol, Alex Pina. L'histoire d'une jeune femme qui débarque sur l'île d'Ibiza pour enquêter sur la mort de son frère. Disparu il y a vingt ans, cet ancien DJ de Manchester vient d'être retrouvé mort, et c'est dans le milieu de la nuit que sa sœur va chercher des réponses à toutes ses questions.

Tourné en anglais, ce thriller en dix épisodes est l'occasion de retrouver Laura Haddock (Da Vinci's Demons), Daniel Mays (Good Omens) et Laurence Fox (Inspecteur Lewis).

"Hightown" (le 17 mai sur Starzplay)

Jackie Quinones (Monica Raymund, vue dans Chicago Fire) travaille pour le National Marine Fisheries Service, mais ce qu'elle aime avant tout, c'est faire la fête et séduire des filles dans les bars. Jusqu'au jour où elle découvre sur la plage le corps d'une jeune femme, victime du trafic d'opioïdes qui sévit dans cette région du Massachusetts. Elle décide alors de mener l'enquête dans les lieux qu'elle fréquente habituellement.

Pour sa première création originale, la scénariste Rebecca Cutter (Gotham) choisit de parler d'un sujet d'actualité à travers le prisme d'une femme et de ses propres démons. Une série en huit épisodes qui nous entraîne sur la mythique péninsule de Cape Cod. 

"Little Fires Everywhere"  (à partir du 22 mai sur Amazon Prime Video)

Mère célibataire, Mia Warren (Kerry Washington, révélée dans Scandal) est une femme noire et photographe qui a fait le choix d'une vie de bohème dans l'Amérique de la fin des années 1990. Lorsqu'elle débarque à Shaker Heights, une banlieue cossue de Cleveland (Ohio), elle fait la connaissance d'Elena Richardson (Reese Witherspoon). Sept mois plus tard, la splendide maison sera victime d'un incendie criminel. Que s'est-il passé entre-temps ?

Adapté du roman éponyme de Celeste Ng, Little Fires Everywhere (La Saison des feux en VF) est le portrait de deux femmes que tout oppose. Cette mini-série en huit épisodes, qui rappelle inévitablement Big Little Lies (et pas seulement parce qu'on y retrouve la géniale Reese Witherspoon qui est à l'origine du projet), est une réflexion sur la maternité et le déterminisme social qui aborde avec réalisme la question raciale aux Etats-Unis.

Du côté des reprises…

Sur Netflix, on retrouvera avec plaisir Christina Applegate et Linda Cardellini dans la saison 2 de Dead to Me dès le 6 mai. La très belle série Homecoming revient quant à elle le 22 mai sur Amazon Prime Video. Après Julia Roberts dans la saison 1, c'est Janelle Monae qui sera au centre de ces nouveaux épisodes.

via GIPHY

Et sur les chaînes de télévision françaises, vous pourrez retrouver, le 14 mai, la saison 2 d'Au nom du père sur Arte et la troisième saison très attendue de Killing Eve sur Canal+, dont les premiers épisodes sont déjà disponibles en ligne sur Canal+ Séries et myCanal. 

Vous êtes à nouveau en ligne