"Ça fait deux ans qu’on attend, l’hiver est enfin là !" : les fans prêts pour attaquer la dernière saison de "Game of Thrones"

Les fans devant le Reset bar, rue du Cygne, dans le 1er arrondissement de Paris.
Les fans devant le Reset bar, rue du Cygne, dans le 1er arrondissement de Paris. (MATTHIEU MONDOLONI / FRANCEINFO)

Huit ans après la naissance de la série devenue mythique, le premier épisode de la 8e et dernière saison de "Game of Thrones" sera diffusée cette nuit en France. Nous avons tenté (presque avec succès) de nous faire adopter par une communauté de fans.

A la rencontre des fans de Game of Thrones - Reportage Matthieu Mondoloni
--'--
--'--

"Est-ce qu’il y a des fans de Game of Thrones ici ? Est-ce que vous êtes chauds ?" À la recherche de fins mordus de la série, dont la 8e et dernière saison débarque sur les écrans dans 186 pays, dont la France, dans la nuit de dimanche à lundi, nous sommes visiblement plutôt bien tombés. Ici, autour du zinc du Reset Bar, dans le 1er arrondissement de Paris, des fans français organisent un week-end spécial dédié à la série-évènement.

Face à nous, un participant, torse nu, armé d’une épée, vêtu de peaux et différentes parties d’armures. "Il y a ce que l’on appelle le jeu du trône, explique-t-il. Plusieurs familles dans toute la contrée de Westeros qui s’affrontent, qui se trahissent et qui pactisent pour une seule chose : le Trône de Fer." 

"Valar morghulis" et hop, chez les Starck

Ceci expliqué, joueur et tout sourire, le jeune homme nous fait rejoindre l’équipe qui pourrait nous convenir. "Si tu étais dans le monde de Westeros, comment prendrais-tu le Trône de Fer ? Par la diplomatie en tentant de garder des alliés ? Par la ruse à base de coups montés, trahisons ou autres ? Ou par la force ?" Nous optons pour la diplomatie et nous voilà redirigé vers les Starck. Les "gentils", en somme. Maintenant, comment s’intégrer au groupe ? On nous confie le sésame : "Valar morghulis" (en français du XXe siècle terrien : "Tous les hommes doivent mourir"). Nous voilà presque acceptés.

Un presque authentique Kal Drogo, le fils de Bharbo, ancien Khal du peuple dothraki.
Un presque authentique Kal Drogo, le fils de Bharbo, ancien Khal du peuple dothraki. (MATTHIEU MONDOLONI / FRANCEINFO)

Avec trente millions de visionnage sur HBO et plus d’un milliard de téléchargements, la série Game of Thrones rencontre un succès hors-norme. "Je pense, explique un fan, que ce qui plaît autant, c’est que la série a su construire, comme Star Wars, une mythologie, un univers très étendu dans lequel chacun peut retrouver ses propres valeurs." Avec le risque, peut-être, de devenir orphelin à la fin de cette ultime saison ?

Toutes les bonnes choses ont une fin. Cela fait deux ans qu’on attend. Et cela fait presque dix ans que la série existe… Certains ont grandi avec elle !un fan de "Game of Thrones"à franceinfo

Un peu plus loin, certains s’essaient au combat avec de fausses armes en vraie mousse. Nous tentons l’essai avec une épée. La tentative se solde par un piteux échec. Avec une épée en vrai métal qui coupe, nous y laissions une jambe (et un peu d'amour propre). "En même temps, c’est dur avec un micro dans la main", nous console gentiment un frère d’armes.

Résumons : nous avons appris à manier une arme, nous avons été intronisés dans une (gentille) famille de Game of Thrones, nous avons répondu au quizz. Aux yeux de nos comparses d'alors, gentiment indulgents et rudement bienveillants, il semble que nous soyons prêts pour regarder cette dernière saison. "L’hiver est enfin là" [Winter is coming ?] , prévient-on derrière nous…

>> VIDEO. "Game of Thrones" : boom touristique en Irlande du Nord sur les lieux de tournage de la série culte

Vous êtes à nouveau en ligne