Séries Mania : une sélection "politique" et plus ouverte sur le monde pour la 3e édition lilloise

Présentation de la série TV dérivée de Star Wars \"The Mandalorian\" par les producteurs Dave Filoni and Jon Favreau, à la convention Disney \"D23\" d\'Anaheim (Californie) le 23 août 2019.
Présentation de la série TV dérivée de Star Wars "The Mandalorian" par les producteurs Dave Filoni and Jon Favreau, à la convention Disney "D23" d'Anaheim (Californie) le 23 août 2019. (JESSE GRANT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

#Metoo, violence politique, faits de société, le festival Séries Mania propose une sélection plus internationale. 

La troisième édition lilloise du festival Séries Mania se tiendra du 20 au 28 mars, avec une sélection "politique et internationale" de 74 séries inédites, placées sous le signe de la "découverte et de la diversité".

"Le déclin de l'empire américain"

"Pendant 50 ans, les séries ont été sous domination massive des Américains, nous assistons aujourd'hui à une internationalisation. Jamais les studios n'ont commandé autant de séries internationales", a indiqué mercredi la directrice du festival Laurence Herszberg lors d'une conférence de presse, évoquant dans un clin d'oeil "le déclin de l'empire américain".

Cette troisième saison de Séries Mania proposera des séries provenant de 25 pays, avec pour la première fois en sélection une série africaine (Sénégal) et des pays jamais encore représentés comme le Pérou ou Singapour.

Faits de société et politique

"On observe un intérêt marqué pour les phénomènes politiques et de société", avec un "retour sur des faits réels historiques ou contemporains", souligne la responsable.

C'est le cas de July 22, série norvégienne sur les attentats d'Oslo en 2011, de Our Boys, série israélienne sur l'enlèvement de soldats israéliens et le meurtre d'un jeune Palestinien en 2014, ou encore Laëtitia, adaptation par Jean-Xavier de Lestrade du livre Laëtitia (Seuil, 32016), d'Ivan Jablonka sur l'assassinat de cette jeune fille en 2011.

Une table ronde autour de la violence en politique, réunissant l'ex-ministre Aurélie Filippetti et le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand autour de scénaristes est également prévue.

L'affaire Griveaux : "exactement le scénario du premier épisode de Black Mirror"

Cette thématique résonne avec l'actualité comme l'a souligné la directrice du festival, évoquant le retrait de la candidature de Benjamin Griveaux qui "est exactement le scénario du premier épisode de Black Mirror".

Autre tendance forte : "à l'ère post #MeToo, de nombreuses séries s'interrogent sur les rapports hommes/femmes. On voit aussi des paroles d'hommes qui se demandent si on ne va pas trop loin", une "complexité intéressante", souligne la directrice.

S'inscrivent dans cette thématique la série britannique Adult Material mettant en scène une actrice porno dans sa vie quotidienne de mère de famille, la japonaise Behind the door sur le procès d'une mère infanticide ou la chilienne La Jauria, sur des lycéennes protestant contre les abus d'un prof et qui vont être victimes d'un groupe masculiniste.

Dix séries dans la compétition internationale

Le romancier et scénariste américain Tom Perrotta (The Leftover, Mrs Fletcher) présidera le jury composé notamment de la romancière Karine Tuil et de l'actrice australienne Rachel Griffiths (Six feet under, Brothers and sisters).

Dix séries concourent dans la compétition internationale : deux britanniques (Adult Material et Little birds), deux françaises (Dérapages, Moloch), une danoise (Dry Wolf) une israélienne et une franco-israélienne (Valley of tears et No man's land), une chilienne (El Presidente, série Amazon Prime), une espagnole (Patria) et une allemande (Unorthodox, série Netflix).

S'y ajoutent les six séries de la compétition française, les quinze séries étrangères du panorama international, dont la meilleure sera distinguée par un jury d'étudiants et les dix séries de la compétition formats courts.

Du côté des stars, sont attendus Carole Bouquet, Zabou Breitman, Tomer Sisley ou encore Eric Cantona, ou pour les Américains, Giancarlo Esposito (Breaking Bad, la nouvelle série Disney The Mandalorian).

Plusieurs nouveautés hors compétition seront proposées aux Lillois comme des épisodes de la saison 3 de Westworld, de la série Netflix de Damien Chazelle The Eddy (projetée en avant-première à la Berlinale) ou de la nouvelle série de David Simon (The Wire), The plot against america, adaptation de Philip Roth.

Vous êtes à nouveau en ligne