Roselyne Bachelot, ministre de la Culture : "Mon mandat, ça n'est pas de réclamer des sous, c'est de bâtir des projets"

Roselyne Bachelot à Paris le 6 juillet 2020.
Roselyne Bachelot à Paris le 6 juillet 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

La ministre de la Culture a affirmé sur LCI qu'elle n'irait pas "pleurnicher" pour "réclamer des sous" dans le cadre du plan de relance de l'économie. Elle dit défendre des "projets collectifs" de développement pour le monde de la culture.

 "Mon mandat, ça n'est pas de réclamer des sous, c'est de bâtir des projets. Mon rôle ça n'est pas de pleurnicher", a déclaré la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur LCI. "Ce qui m'importe, c'est le plan de relance. Il ne s'agit pas pour la ministre de la Culture que je suis d'aller pleurer à Bercy pour obtenir un dixième de point supplémentaire", a-t-elle estimé.

"Surmonter" des "lourdeurs technocratiques"

La ministre dit défendre des "projets collectifs" de développement pour le monde de la culture, qu'elle n'imagine pas concevoir "toute seule à la tête de son administration", mais "avec les grands acteurs de la culture, les responsables territoriaux, présidents de région". Elle souhaite par ailleurs que les crédits d'urgence d'un milliard d'euros en faveur des intermittents du spectacle soient "vite" distribués aux artistes qui "ont besoin de cet argent pour proroger leurs droits sociaux", et appelle pour cela à "surmonter" certaines "lourdeurs technocratiques".

Les états généraux des festivals, qu'elle avait annoncés en prenant ses fonctions, seront par ailleurs organisés "dans les premières semaines de septembre", a précisé Roselyne Bachelot, qui va recevoir ce lundi 13 juillet le président du festival d'Avignon, Olivier Py.

Vous êtes à nouveau en ligne