Photographie : avec Datazone, Philippe Chancel alerte sur les dérives du monde

Exposition Datazone de Philippe Chancel, aux Rencontres d\'Arles
Exposition Datazone de Philippe Chancel, aux Rencontres d'Arles (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

À Arles, où la 50e édition des Rencontres de la photographie vient de débuter, une des expositions phares est celle de Philippe Chancel, intitulée "Datazone". Depuis 15 ans, le photographe documente sur tous les continents les grandes problématiques du monde. Anne Chépeau l’a vue pour nous.

C’est dans une église de la fin du 15e siècle, celle des Frères Prêcheurs, que Philippe Chancel a installé avec le concours du scénographe Adrien Gardère quelque 300 photos prises ces 15 dernières années dans 14 pays.

Une présentation très réussie avec ces grands formats suspendus dans la nef. Des marquages au sol orientent géographiquement le visiteur vers les chapelles et le chœur où sont réunies pays par pays les images d’un monde devenu fou.

Au Nigeria, le photographe témoigne avec l’aide de son guide du désastre écologique provoqué par l’exploitation pétrolière dans le delta du Niger.

"Cet homme qui m'accompagnait a voulu monter l'ampleur de la catastrophe en plongeant sa main dans le magma tout noir et en la ressortant, en me montrant sa main noire dégoulinante de pétrole. Cette image, elle véhicule à la fois une beauté et un désastre, une horreur et quelque chose qui prend une dimension plastique, et ça, ça correspond aussi à mon travail. Une certaine esthétique me permet de trouver l'échapatoire au désastre que j'ai à constater."

Au Nigeria, la catastrophe écologique provoquée par l\'exploitation pétrolière. Exposition Datazone, aux Rencontres d\'Arles
Au Nigeria, la catastrophe écologique provoquée par l'exploitation pétrolière. Exposition Datazone, aux Rencontres d'Arles (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

S’il documente l’état du monde, Philippe Chancel n’est pas un photojournaliste. C’est sans doute cette approche artistique qui lui a permis de se rendre à plusieurs reprises en Corée-du-Nord depuis 2005.

En Corée du Nord, Philippe Chancel photographie une cérémonie officielle en 2012 dans un stade de Pyongyang. Exposition Datazone, aux Rencontres d\'Arles
En Corée du Nord, Philippe Chancel photographie une cérémonie officielle en 2012 dans un stade de Pyongyang. Exposition Datazone, aux Rencontres d'Arles (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

De ce pays fermé, il a rapporté des images étonnantes, spectaculaires comme celles de cette cérémonie officielle en 2012 dans un stade de Pyongyang, ou inédite comme celle prise dans le nouveau musée de la guerre où aucun étranger n’avait jamais pénétré.

"À l'intérieur d'un palais, copié sur l'un des grands palaces d'Abu Dabi. Pour vous montrer le faste de l'endroit, vous avez en haut de marches et d'un hall tout en marbre et de colonnes, une immense sculpture de Kim Jong-Un dans une espèce d'alcove reproduisant un ciel inondé de feux d'artifices et d'étoiles, qui vous salue dans ses costumes de ville colorés, à la manière d'une sculpture de Jeff Koons."

Quelles soient politiques, économiques, sociales ou environnementales, Philippe Chancel nous alerte sur les dérives de notre monde. Un voyage saisissant et indispensable qui nous conduit de Fukushima aux quartiers nord de Marseille en passant par Dubaï ou l’Antarctique.

Datazone, l’exposition du français Philippe Chancel, est à voir à Arles aux Rencontres de la photographie jusqu’au 22 septembre.

Vous êtes à nouveau en ligne