VIDEO. Pourquoi Charlie Chaplin a répondu avec une grosse somme à l'appel de l'abbé Pierre lancé pendant le terrible hiver 1954

Victime du maccarthysme et pour ne pas prêter le flanc à la critique, Charlot décide, en 1954, de faire don à l'abbé Pierre d'une partie de son Prix international de la paix, dont l'argent provenait probablement du bloc de l'Est… Extrait du magazine "20h30 le samedi" diffusé le 29 février.

"Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à 3 heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée..." Le 1er février 1954, lors d'un épouvantable hiver, l'abbé Pierre lance à la radio son appel historique à la solidarité. La population se mobilise pour une "insurrection de la bonté". L'année précédente, Charlie Chaplin, star mondiale du cinéma muet, était le lauréat du Prix international de la paix, pour lequel on lui avait octroyé plusieurs millions de centimes.

"On ne sait pas très bien qui remet le prix, mais, à l'évidence, il y a des forces venant de l'est, et probablement de l'argent russe, explique Serge Bromberg, restaurateur de films de Chaplin, au magazine "20h30 le samedi" (replay). Du coup, il est un peu ennuyé. Il se dit : 'Si je garde cet argent, c'est sûr que les gens vont utiliser cet argument contre moi. Voici que les communistes donnent de l'argent à Charlie Chaplin'…" En butte à "la chasse aux sorcières" pendant le maccarthysme, l'artiste a fui les Etats-Unis.

"Il restait le petit vagabond de Londres"

Il décide de faire un don à l'abbé Pierre et de le lui remettre personnellement. De passage à Paris, il propose à l'abbé une rencontre à l'hôtel de Crillon le 14 octobre 1954. "Cela faisait vraiment le scoop de l'année, rappelle Pierre Lunel, un ami de l'homme d'Eglise. L'abbé Pierre-Charlie Chaplin… Comme affiche, qui dit mieux ? L'abbé Pierre, qui n'était pas cinéphile, savait quand même qui était Charlot. Un vagabond des faubourgs de Londres, petit miséreux à l'origine. Par conséquent, cela l'attirait de le rencontrer." 

La foule et la presse attendent avec impatience devant l'hôtel, mais l'abbé entre dans l'établissement par une porte de service. "On sait que l'abbé a parlé de ses origines, un peu de la Résistance… précise Pierre Lunel. Charlie Chaplin a raconté des détails de sa vie d'enfant. L'abbé disait que parmi toutes les rencontres avec les vedettes de l'époque, celle avec Charlot avait été de loin la plus simple et la plus émouvante, car il se trouvait réellement devant le vagabond. Au-delà de sa notoriété mondiale, il restait le petit vagabond de Londres." L'artiste a également fait un don avec l'argent du prix aux œuvres sociales du quartier londonien de son enfance.

Vous êtes à nouveau en ligne