VIDEO. Après sa traversée de Paris en 1976, le préfet de police confisque le permis de conduire de Claude Lelouch... cinq minutes

De la porte Dauphine à la butte Montmartre en à peine neuf minutes au volant de sa voiture le 15 août 1976. C'est ce qu'a fait le réalisateur Claude Lelouch pour son court-métrage "C'était un rendez-vous". Cela n'a pas été du goût du préfet, qui n'a quand même pas été trop sévère… Extrait du nouveau magazine "20h30 le samedi" diffusé le 16 mars 2019.

"C'est à la fois le film dont je suis le plus fier et dont j'ai le plus honte. On montre tout ce qu'il ne faut pas faire au volant d'une voiture", avoue Claude Lelouch au nouveau magazine de France 2 "20h30 le samedi" (Twitter) à propos de son court-métrage C'était un rendez-vous, tourné en 1976. Comme il lui restait dix minutes de pellicule sur les bras d'un précédent tournage, le réalisateur a décidé de traverser Paris en voiture de la porte Dauphine jusqu'à la butte Montmartre en filmant une seule prise, un plan-séquence. Ce qu'il a fait le 15 août 1976 au petit matin.

"Je me serais sacrifié. S'il y avait eu un pépin, si je n'avais pas eu la visibilité que j'avais, je me serais arrêté. Je n'aurais pas mis la vie des autres en jeu, en aucun cas", rappelle le cinéaste. Claude Lelouch, au volant de son bolide avec une caméra arrimée sur le pare-chocs, va au bout de son film. Il parcourt ainsi une dizaine de kilomètres dans la capitale, à toute allure, en à peine neuf minutes.

"Je pense que là, on finit tous en cabane"

"J'ai été convoqué par le préfet de police de l'époque qui m'a fait venir dans son bureau. Il m'a dit : 'Vous avez mis au début de ce film qu'il avait été fait sans aucun trucage ni aucune accélération. Donc, les dix-huit feux rouges sont de vrais feux rouges et les stops aussi ?' J'ai répondu oui. Alors, il a ajouté : 'Je vais vous retirer votre permis de conduire.' Je lui ai donné. Il l'a gardé cinq minutes et m'a dit : 'Je ne peux pas le garder plus de cinq minutes, sinon mes enfants ne vont plus me parler parce que c'est leur film préféré'…"

A quand le remake ? "C'est impossible, s'esclaffe le réalisateur Elie Chouraqui, alors assistant de l'auteur du film culte Un homme et une femme. Un remake 2018/2019 de C'était un rendez-vous, je crois que c'est impossible. Et je préviens tout de suite : je n'y vais pas. Je pense que là, on finit tous en cabane." L'assistant avait notamment été chargé de prévenir un éventuel accident lors du passage de la voiture lancée à pleine vitesse aux guichets du Louvre, seul endroit vraiment sans visibilité.

Extrait du magazine "20h30 le samedi" (replay) diffusé le 16 mars 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne