Les sujets du jour
politique
faits divers
société
éco/conso
monde
culturesports
santé
sciences
tech/web
animaux
météo
La star des réseaux sociaux Jeremstar, alias Jérémy Gisclon, le 5 octobre 2017. (JOEL SAGET / AFP)

Affaire Jeremstar : Pascal Cardonna, accusé de viol, dénonce une "campagne de diffamation" et annonce porter plainte

Pascal Cardonna, visé par une plainte pour "viol aggravé sur mineur", annonce mardi qu'il porte plainte contre son accusateur aujourd'hui âgé de 18 ans.

Pascal Cardonna, proche du blogueur et chroniqueur Jeremstar, visé par une plainte pour "viol aggravé sur mineur", annonce à franceinfo mardi 23 janvier, avoir déposé de son côté une nouvelle plainte dans ce dossier, contre le jeune homme de 18 ans auteur des accusations à son encontre.

Pascal Cardonna a déjà porté plainte mercredi 17 janvier pour "diffamation et atteinte à la vie privée" auprès du parquet de Nîmes (Gard). "Hier, avec mon avocat, nous avons déposé deux nouvelles plaintes : une nouvelle plainte contre ce fameux Annoir qui aujourd'hui m'attaque, explique Pascal Cardonna. Annoir est effectivement venu chez moi, mais il ne s'est rien passé de ce qui est sorti [dans la presse]." Pascal Cardonna estime à ce jour être "victime d'une campagne de diffamation, d'acharnement sans précédent sur les réseaux sociaux. Ma vie privée a été mise dans la boue, mon honneur également".

"J'ai reçu des menaces de mort"

Ce proche de Jeremstar continue : "J'ai dès la semaine dernière coupé tous mes comptes, car des photos que j'avais publiées - et je les avais publiées, donc je n'avais rien à cacher - sur des soirées que j'organisais chez moi, avaient été détournées de leur contexte, et avait été légendées en m'accusant de détourner des mineurs."

Pascal Cardonna se dit depuis "abasourdi, fragilisé par toute cette violence" et très inquiet. "J'ai reçu des menaces de mort. Je suis en situation extrêmement fragile au niveau de ma santé", explique-t-il.  "Sans aucune preuve, les internautes, surtout la twittosphère, commentent des faits qui n'existent pas, qui ont été annoncés, balancés, mais qui n'existent pas", dit-il.

Un internaute a diffusé des captures d'écran

Ce cadre de Radio France attend désormais "d'être entendu par la police, pour que la vérité soit rétablie". Un internaute, mécontent d'un "scoop" sur lequel Jeremstar l'aurait devancé, a commencé à diffuser la semaine dernière des captures d'écran, vidéos et échanges audio attestant de rendez-vous entre Pascal Cardonna, Jeremstar et d'autres jeunes hommes, sans que leur âge n'apparaisse clairement.

La direction de France Bleu, où travaille Pascal Cardonna, a réagi mardi dans un communiqué : "Si ces faits devaient donner lieu à une décision de justice définitive reconnaissant la culpabilité de la personne concernée, France Bleu tirerait les conséquences de celle-ci, ce type de comportement répréhensible étant bien évidemment à l’opposé de l’image de Radio France et des valeurs qu’elle défend notamment auprès des jeunes".  

Dans son communiqué, la direction de France Bleu conclut : "c'’est pourquoi, devant la prolifération des accusations portées auxquelles Radio France et France Bleu sont malencontreusement mêlées depuis la semaine dernière, Radio France a immédiatement demandé le 17 janvier dernier au collaborateur concerné de supprimer dans le cadre de sa communication privée tout ce qui entretient un amalgame inadmissible entre sa vie privée et Radio France, France Bleu, sa direction, ses salariés."