Elizabeth II n'aime pas qu'on lui vole ses cacahuètes

La reine Elizabeth II visite la cathédrale de Southwark à Londres (Grande-Bretagne), le 21 novembre 2013.
La reine Elizabeth II visite la cathédrale de Southwark à Londres (Grande-Bretagne), le 21 novembre 2013. (PAUL GROVER / AFP)

La reine d'Angleterre a pris des mesures radicales contre ses gardes du corps, accusés de se servir dans les mélanges apéritifs laissés à son attention dans le palais de Buckingham. 

C'est sans doute la révélation la plus incongrue du scandale des écoutes téléphoniques pour lequel des journalistes de l'ancien tabloïd britannique News of the World comparaissent. Elle a été faite, jeudi 12 décembre, devant un tribunal de Londres, comme le raconte le Telegraph (en anglais). En 2005, la reine Elizabeth II était "furieuse" que les officiers chargés de sa protection se servent dans les mélanges apéritifs laissés à sa royale attention dans le palais de Buckingham. 

Un mémo a même été adressé aux gardes du corps de la souveraine par les services de la couronne pour que ces hommes "gardent leurs doigts poisseux loin" des bols d'amuse-gueules royaux. La reine a même fait des marques dans ses bols pour mesurer la baisse de niveau des noix de cajou, amandes et autres Bombay mix, ces chips indiennes très populaires outre-Manche.

Ces confidences, faites dans un mail par l'ancien correspondant royal du News of the World, Clive Goodman, aujourd'hui sur le banc des accusés, ont fait rire l'auditoire. Le juge a raillé qu'il s'agissait là d'"allégations non prouvées".

Vous êtes à nouveau en ligne