Niches fiscales : le mécénat dans le viseur

FRANCE 2

Il va falloir faire des économies pour financer les baisses d'impôt. Le gouvernement planche activement sur son budget 2020, et pourrait raboter la niche du mécénat.

La rénovation du musée Picasso (Paris) payée par Eiffage, celle de la chapelle royale de Versailles (Yvelines) par Dior ou encore celle de l'abbaye de Chancelade (Dordogne) financée par le Credit Agricole. Les dons des entreprises pour financer le patrimoine ou les associations explosent. En échange, une baisse d'impôts équivalente à 60% du montant. Pour l'État, le coût est de près de 1 milliard d'euros par an.

Pas de suppression à l'ordre du jour

Le gouvernement aurait donc décidé de raboter cette niche fiscale pour financer la future baisse d'impôt sur le revenu. Une proposition soutenue par Gilles Carrez, député Les Républicains : "Pour protéger les contribuables, on peut rendre le dispositif un peu moins attractif. Le taux, qui est à 60%, je pense qu'on peut le baisser à 50%, voire à 40%", chiffre le parlementaire. Le ministère de la Culture n'écarte pas l'idée de réexaminer les conditions de cette niche fiscale, mais se refuse à envisager sa suppression.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne