La Fête des lumières de Lyon débute le 5 décembre sous haute sécurité, entre grève et gilets jaunes

Lyon baigné de jeux de lumière pendant la Fête des Lumières le 8 décembre 2018.
Lyon baigné de jeux de lumière pendant la Fête des Lumières le 8 décembre 2018. (JACQUES PIERRE / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Un dispositif de haute sécurité avec notamment 1.200 forces de l'ordre mobilisées accompagnera le déroulement de la Fête des Lumières à Lyon, du 5 au 8 décembre. 

Périmètres cadenassés, dispositifs anti-voitures-béliers, brigade anti-drones, et plus de 1.200 forces de l'ordre mobilisées : la Fête des Lumières, qui débute jeudi à Lyon, se déroulera sous haute sécurité, en pleine grève des transports et d'un nouvel épisode des "gilets jaunes".

Contexte difficile

"Il devient difficile d'organiser des fêtes !", relève le maire de Lyon Gérard Collomb qui a présenté les mesures de sécurité autour de la Fête des lumières (de jeudi 5 à dimanche 8 décembre), un événement qui avait attiré 1,8 million de visiteurs l'an dernier. Cette année, "les conditions sont relativement difficiles avec la mobilisation du 5 décembre et peut-être des jours qui vont suivre, et les Gilets jaunes", a expliqué lundi Gérard Collomb.

"En plus du contexte terroriste, nous avons une grève nationale avec des perturbations dans les transports, avec, le 5 décembre, la sécurisation des manifestations et le soir l'événement", a renchéri le préfet d'Auvergne-Rhône-Alpes, Pascal Mailhos. "Cela complique les choses".

Périmètres cadenassés 

Trois périmètres sont mis en place pour les festivités, des zones strictement interdites à la circulation automobile, aux deux-roues motorisés, aux vélos et trottinettes pendant quatre jours de 18H00 à minuit. "Rassemblement et cortèges revendicatifs ne seront pas autorisés" dans les périmètres de la Fête pendant ces quatre jours, a précisé la préfète déléguée à la sécurité Emmanuelle Dubée.

Une soixantaine de dispositifs anti-voitures-béliers, soit deux fois plus qu'en 2018, seront également disposés aux endroits stratégiques. Cette année, deux énormes "road blockers" anti-intrusion seront disposés dans l'hypercentre de la ville.  "Les périmètres seront cadenassés", a souligné Jean-Yves Sécheresse, adjoint à la sécurité du maire de Lyon.

En tout, 1.200 forces de l'ordre seront mobilisées pour assurer la sécurité : police nationale, gendarmes mobiles, CRS, brigade fluviale et militaires de l'opération Sentinelle ainsi que 270 policiers municipaux et agents de surveillance de la voie publique auxquels s'ajoutent 470 agents de sécurité privés pour contrôler les 38 points d'accès avec fouille des sacs, palpations et contrôles d'identité aléatoires.

Une brigade anti-drones de la gendarmerie sera également pour la première fois en activité pendant la Fête des lumières. Du côté des transports perturbés à partir de jeudi, "Blablacar et les cars Macron vont faire un chiffre d'affaires important !", a souri Gérard Collomb, sans pouvoir anticiper l'impact de la grève sur le nombre de visiteurs. 

Lors de cette édition, 65 spectaculaires scénographies sont prévues sur 35 sites.

Vous êtes à nouveau en ligne