Reconstruction de Notre-Dame : "Il faut utiliser les matériaux de notre époque" estime Jean-Michel Wilmotte

L\'architecte Jean-Michel Wilmotte, le 17 avril 2019 sur France Inter.
L'architecte Jean-Michel Wilmotte, le 17 avril 2019 sur France Inter. (FRANCE INTER)

L'architecte plaide pour l'utilisation de moyens et de matériaux modernes pour restaurer Notre-Dame de Paris.

Après l'incendie qui a détruit la cathédrale Notre-Dame de Paris, Emmanuel Macron a annoncé mardi 16 avril qu'il souhaite que la reconstruction de Notre-Dame de Paris "soit achevée d'ici cinq années". "C'est tenable mais il faut faire un bon choix technologique" a expliqué l'architecte Jean-Michel Wilmotte mercredi 17 avril sur France Inter. "Il faut faire Notre-Dame à l'identique mais avec une technologie d'aujourd'hui".

franceinfo : Reconstruire Notre-Dame en cinq ans, est-ce que c'est réalisable ?

Jean-Michel Wilmotte : C'est tenable mais il faut faire un bon choix technologique. Si on veut utiliser un système traditionnel avec des gens qui proposent des forêts entières, ça sera bien plus que cinq ans. On peut construire un stade en deux ans. Ce sont des constructions colossales alors il n'y a pas de raison qu'on ne puisse pas le faire. Nous sommes au centre de Paris, ce sera un chantier difficile d'accès mais il y a des solutions pour l'alimenter par la Seine notamment. C'est une question de choix technologiques.

Donc pour tenir le délai, il ne faut pas être fétichiste du bois ? Comment remplacer ces matériaux ?

Oui, on vit avec notre époque, on a de nouveaux moyens, de nouvelles techniques. On n'est pas obligés de réutiliser le plomb qui est un matériau très lourd, on n'est pas obligés de réutiliser le chêne. Surtout que cette charpente sera par-dessus une voûte et donc invisible de l'intérieur. Je pense qu'aujourd'hui pour être rapide, il faut une bonne analyse des choses et trouver la meilleure structure. Si on choisit une structure métallique, elle sera deux fois moins lourde que si elle est en bois. En plus, elle pourrait être préparée en atelier, arriver et être directement montée sur place par voie d'eau. Aujourd'hui, il faut utiliser les matériaux de notre époque. Si vous décidez de mettre une couverture en titane, vous allez avoir de la légèreté et on n’aura pas besoin de masses de structures pour monter cette charpente. Et ça ne brûle pas.

Doit-on effacer la tragédie ou faut-il en garder la trace ?

Il faut faire Notre-Dame à l'identique mais avec une technologie d'aujourd'hui. Il serait intéressant de conserver par endroit des traces de cet incendie pour qu'elle puisse entrer dans l'histoire comme une fresque. La technologie d'aujourd'hui peut faire des prouesses et des projets exceptionnels. Il va falloir faire faire une analyse par des experts et après il faudra prendre une décision mais vu le choix du président de la République, il faut absolument utiliser des matériaux de synthèse. La cathédrale avait une première histoire au XIIIe siècle, elle peut avoir une nouvelle histoire aujourd'hui. Le patrimoine est vivant et il doit évoluer.

Vous êtes à nouveau en ligne