Notre-Dame de Paris : un chantier titanesque

franceinfo

Plus d'un an après l'incendie de Notre-Dame de Paris, les experts doivent démonter l'échafaudage de la flèche de la cathédrale déformé par la chaleur. La dangereuse opération a commencé lundi 8 juin.

Un grand échafaudage a fondu lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris. Il s'agissait de la structure d'un chantier de restauration qui avait démarré bien avant la catastrophe. Avant d'en venir à son démantèlement, il y a des opérations préliminaires indispensables : le sauvetage des rosaces, des gargouilles et des statues et la sécurisation des lieux pour pouvoir travailler. Des charpentiers, des cordistes ont vérifié une à une les pierres, les poutres et une charpente renforcée a été installée pour travailler sur le grand échafaudage. Troisième opération : le déblayage. Il a fallu retirer tous les débris pour la sécurité, souvent avec des engins télécommandés.

Pas de retard

Cet échafaudage de 250 tonnes a tenu en plein cœur de l'incendie. En ne tombant pas, il a sans doute sauvé la cathédrale. C'est un monstre d'acier à démonter, 40 000 pièces à découper, une structure instable et friable de 40 mètres de haut. Ce démontage sera terminé à la fin de l'été. Ensuite, il faudra sécuriser la voûte avant l'opération de restauration proprement dite. Malgré le confinement, le chantier doit être achevé en 2024.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne