VIDEO. Notre-Dame de Paris : "On doit respecter ce chantier" car "toute intrusion peut avoir des conséquences tout à fait néfastes", réagit Roselyne Bachelot à l'action de Greenpeace

FRANCEINTER / RADIOFRANCE

L'ONG a déployé une banderole sur une grue qui surplombe la cathédrale pour dénoncer l'inaction climatique d'Emmanuel Macron. En semblant "attaquer" le chantier, "Greepeace ne sert pas une cause qui par ailleurs est juste", déclare la ministre de la Culture.

"Il est des chantiers extrêmement fragiles et toute intrusion dans le chantier de Notre Dame peut avoir des conséquences tout à fait néfastes. Donc, on doit respecter ce chantier", a appelé Roselyne Bachelot, jeudi 9 juillet sur France inter, après que Greenpeace France a déployé une banderole géante sur la grue surplombant Notre-Dame-de-Paris pour dénoncer l'inaction climatique de la France et d'Emmanuel Macron. 

La ministre de la Culture rappelle l'émotion des Parisiens qui ont insisté impuissants à la destruction partielle de la cathédrale, le 15 avril 2020 : "Ça a dépassé ceux qui croient au ciel, ceux qui n'y croient pas étaient de la même façon en larmes devant Notre-Dame". En semblant "attaquer" le chantier, "Greepeace ne sert pas une cause qui par ailleurs est juste", déclare l'ancienne ministre de l'Écologie.

L'activisme à un moment vient tamponner l'affectif et ce n'est jamais productif.

Roselyne Bachelot, ministre de la Culture

à France Inter

Quatre grimpeurs ont escaladé jeudi au petit matin la grue géante qui surplombe le chantier de rénovation de Notre-Dame et ont déployé une banderole : "Climat : aux actes". "Il y a un décalage entre les promesses et la réalité des actes, qui sont insuffisants à l'heure de la crise climatique. On entend beaucoup Emmanuel Macron annoncer et promettre, mais dans les actes, la réalité ne suit pas", a expliqué, sur franceinfo, le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard.

Vous êtes à nouveau en ligne