Reconstruction de Notre-Dame : Emmanuel Macron "assume pleinement" le calendrier "serré" de cinq ans

Emmanuel Macron lors d\'un discours à l\'Elysée lors de la remise du prix Pritzker d\'architecture 2019, vendredi 24 mai 2019.
Emmanuel Macron lors d'un discours à l'Elysée lors de la remise du prix Pritzker d'architecture 2019, vendredi 24 mai 2019. (FRANCOIS MORI / AP)

Alors que le délai est jugé trop court par des professionnels du patrimoine et des universitaires, le président de la République défend un objectif "volontariste".

Emmanuel Macron "assume pleinement" le "calendrier serré" de cinq ans qu'il a fixé pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. "Je sais que beaucoup se sont inquiétés de ma décision de réaliser ces travaux" dans ce laps de temps, a-t-il concédé tout en défendant un objectif "volontariste", vendredi 24 mai, à l’occasion de la remise du prix Pritzker d'architecture 2019 à l'Elysée.

Ce délai de cinq années est possible sans jamais transiger sur la qualité des matériaux et la qualité des procédés.Emmanuel Macronà l'Elysée

Ce délai de cinq ans a suscité l'inquiétude d'universitaires, chercheurs et professionnels du patrimoine, car ces derniers le jugent trop court. Fin avril, une tribune commune demandait de "laisser le temps du diagnostic aux historiens et aux experts avant de se prononcer sur l’avenir du monument".

"Nous devons faire une reconstruction inventive"

Emmanuel Macron a assuré que le chantier "redonnerait une flèche" à la cathédrale, évoquant une "alliance de la tradition et de la modernité". Sous les ordres du général Jean-Louis Georgelin, le projet "sera élargi aux abords de la cathédrale", à savoir le parvis et le square attenant. "Nous devons faire une reconstruction inventive" en s'inspirant de "ce qu'avait fait Viollet-Le-Duc en son temps".

Après l'incendie du 15 avril, un concours d'architectes internationaux a été annoncé pour décider du projet qui remplacera la flèche de Viollet-le-Duc. Par ailleurs, le gouvernement a présenté un projet de loi – qui sera examiné au Sénat à partir de lundi – sur la reconstruction de l'édifice qui doit permettre au gouvernement de déroger à un certain nombre de procédures pour tenir le délai fixé par le chef de l'Etat.

Vous êtes à nouveau en ligne