L'établissement public chargé de reconstruire Notre-Dame est opérationnel, piloté par le général Georgelin

La cathédrale Notre-Dame le 14 octobre 2019, six mois après l\'incendie qui l\'a en partie détruite. 
La cathédrale Notre-Dame le 14 octobre 2019, six mois après l'incendie qui l'a en partie détruite.  (DENIS MEYER / HANS LUCAS)

"Les cinq ans, on les obtiendra par la rigueur du chantier, le choix des bonnes expertises", a récemment assuré Jean-Louis Georgelin. L'ancien chef d'état-major des armées dirigera l'établissement public chargé de la reconstruction de Notre-Dame.

L'établissement public "chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame" est entré en fonction le 1er décembre et réunira mardi 3 décembre son premier conseil d'administration sous les ordres du général Jean-Louis Georgelin, a indiqué à l'AFP son responsable de la communication.

Le général Jean-Louis Georgelin aux commandes 

En nommant l'ancien chef d'état-major des armées pour piloter la reconstruction en cinq ans de la cathédrale en partie détruite en avril dernier, le président Emmanuel Macron a misé sur un homme qui ferait avancer avec la détermination d'un chef de guerre ce chantier d'une extrême complexité, notamment en raison de sa brièveté.

"Les cinq ans, on les obtiendra par la rigueur du chantier, le choix des bonnes expertises", a récemment assuré Jean-Louis Georgelin lors d'une audition à l'Assemblée nationale durant laquelle il avait aussi vertement tancé l'architecte en chef de la cathédrale en lui demandant de plus s'exprimer sur la question d'une reconstruction à l'identique ou non de la flèche.

Deux décrets complémentaires, attendus mardi matin le 3 décembre au Journal officiel, confirmeront les nominations du général Georgelin comme président-directeur général et de Philippe Jost comme directeur-général adjoint. Le ex-chef d'Etat-major, jusqu'ici "préfigurateur" de l'établissement, a pu procéder au choix de l'équipe d'une quarantaine de personnes qu'il dirigera.

Selon Jérémie Patrier-Leitus, en charge de la communication, la médiation culturelle et la gestion du mécénat, le général va présenter mardi "sa méthode et ses priorités immédiates dans la conduite du chantier". "Le conseil d'administration étudiera ensuite les délibérations d'usage d'un établissement public qui fonctionnera selon les mêmes règles que tous les autres", a-t-il précisé.

Projet "scientifique et culturel"

Cette première réunion se tiendra à la base-vie près de la cathédrale. Le décret d'installation, signé par le Premier ministre Edouard Philippe, définit les conditions de nomination de ses dirigeants, leurs attributions ainsi que les compétences de son conseil d'administration. Celui-ci comprend, outre le général Georgelin, douze membres : six représentant l'Etat dont le préfet d'Ile-de-France, la maire de Paris (ou son représentant), l'archevêque de Paris (ou son représentant) et trois "personnalités qualifiées, françaises ou étrangères" dont les nominations seront annoncées mardi, et enfin un représentant des personnels.

Parmi ses tâches, la définition d'"un projet scientifique et culturel assurant la mise en valeur du chantier, y compris dans sa dimension internationale, et des savoir-faire nécessaires pour la conduite des opérations". L'établissement public pourra "se voir confier l'aménagement de l'environnement immédiat de la cathédrale, dans le cadre d'une convention conclue avec la Ville de Paris".

Traçabilité des fonds

Il aura aussi à s'assurer de la "traçabilité du montant des fonds recueillis, de leur provenance, de leur affectation et de leur consommation". Il est par ailleurs "soumis au contrôle scientifique et technique de l'Etat prévu par le code du patrimoine", souligne le décret, alors que beaucoup se sont inquiétés des dérogations prévues par la loi Notre-Dame. Pour la diffusion des connaissances relatives à ce joyau de l'art gothique, l'établissement devra "nouer les contacts utiles avec les milieux scientifiques, artistiques, du patrimoine et de l'architecture en France et à l'étranger".

Un conseil scientifique, un comité d'établissement, un comité des donateurs seront institués. Le général Georgelin dispose de larges pouvoirs : préparer le budget, coordonner recettes et dépenses, conclure contrats et marchés publics, diriger le personnel, organiser des réunions d'information avec les commerçants et les riverains. Il devra établir le rapport annuel d'activité et le soumettre pour approbation au conseil d'administration puis le communiquer au ministre de la Culture. Ce rapport sera rendu public.

Vous êtes à nouveau en ligne