Ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Le Premier ministre, Edouard Philippe, parle à la presse après un Conseil des ministres consacré à la question de la reconstruction de Notre-Dame de Paris, le 17 avril 2019.
Le Premier ministre, Edouard Philippe, parle à la presse après un Conseil des ministres consacré à la question de la reconstruction de Notre-Dame de Paris, le 17 avril 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le Premier ministre a annoncé un projet de loi pour encadrer les dons et le lancement d'un concours international d'architectes pour réfléchir à l'avenir de la flèche détruite dans l'incendie.

"L'histoire retiendra que les pompiers de Paris ont sauvé Notre-Dame et les trésors artistiques, historiques et spirituels qu'elle abritait." Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté les mesures mises en place par le gouvernement pour répondre à l'urgence de la reconstruction du célèbre monument, mercredi 17 avril, à l'issue d'un Conseil des ministres consacré à ce seul sujet. Voici les principaux points à retenir de cette allocution.

Un "cadre légal" pour les dons

Edouard Philippe a annoncé la présentation "dès la semaine prochaine" d'un projet de loi pour donner un "cadre légal" aux dons versés pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Ce texte prévoira notamment une réduction fiscale dérogatoire de 75% pour les dons des particuliers jusqu'à 1 000 euros, et de 66% au-delà de cette somme. Les entreprises, elles, "bénéficieront des réductions d'impôts, dites de mécénat, dans les conditions actuelles".

Un comité pour contrôler la souscription

Un comité sera présidé par le premier président de la Cour des comptes et les présidents des commissions des Finances et de la Culture des deux assemblées parlementaires. "Chaque euro donné servira à la reconstruction, pas à autre chose".

Un "concours international" d'architecture

Edouard Philippe a également annoncé le lancement d'un "concours international d'architecture sur la reconstruction de la flèche" de Notre-Dame, détruite dans l'incendie qui a ravagé la cathédrale. L'objectif est de "doter Notre-Dame d'une nouvelle flèche adaptée aux techniques et enjeux de notre époque", a-t-il précisé. Ce concours "permettra de trancher la question de savoir s’il faut reconstruire une flèche (…) à l’identique (…) ou s’il faut une nouvelle flèche". Cette partie de l’édifice avait été conçue au XIXe siècle par Eugène Viollet-le-Duc.

Le général Georgelin nommé "monsieur reconstruction"

Nommé "Monsieur reconstruction" de la cathédrale Notre-Dame, le général d'armée (cinq étoiles) Jean-Louis Georgelin, 70 ans, revient aux responsabilités, après plus de deux ans et demi de retraite. Passionné de politique et d'histoire, grand lecteur, Jean-Louis Georgelin est un homme croyant, restant discret sur sa foi. Il a été chef de l'état-major particulier du président de la République, Jacques Chirac (2002-2006), puis chef d'état-major des armées (Cema, 2006-2010), période durant laquelle il avait été le maître d'œuvre des opérations extérieures de l'armée française, notamment en Côte d'Ivoire, Afghanistan, dans les Balkans ou au Liban.

Vous êtes à nouveau en ligne