"C'est préoccupant" : des parents inquiets après la fermeture d'écoles à côté de Notre-Dame, en raison des taux de plomb

L\'école Saint-Benoît à Paris, le 25 juillet 2019
L'école Saint-Benoît à Paris, le 25 juillet 2019 (BASTIEN MUNCH / RADIO FRANCE)

Trois mois après l'incendie de Notre-Dame de Paris, deux écoles ont été fermées jeudi 25 juillet, après la détection de taux de plomb anormalement élevés.

Parmi les parents qui se présentent devant l'école de la rue Saint-Benoît, dans le 6e arrondissement de Paris, certains ne sont pas au courant des taux de plomb anormalement élevés détectés dans la cour de récréation. Trois mois après l'incendie de Notre-Damedeux écoles ont été fermées jeudi 25 juillet, après des mesures effectuées par l'Agence régionale de santé (ARS). Les enfants qui y étaient accueillis en centre de loisirs ont été transférés vers d'autres écoles de l'arrondissement.

"Je ne pense pas que ce soit grave, je ne m'inquiète pas trop", préfère relativiser une femme. D'autres parents sont moins sereins : "Les enfants ont joué pieds nus dans la cour, ils ont mangé les légumes du potager, s'inquiète une mère. On arrive à 8h30 à l'école, on voit le petit panneau, on nous dit qu'il y a un problème de plomb. Et démerdez-vous avec ça !"

On ne nous dit rien. On nous dit juste de ne pas paniquer, mais que les enfants doivent partir vite.Un père de familleà franceinfo

Certains parents estiment que ces prélèvements ont été effectués trop tardivement. "Soit il n'y a pas de risques, et les enfants auraient pu rester, souligne un père. Soit il y a un vrai risque, et les enfants n'auraient pas dû être là depuis l'incendie en avril, des mesures de décontamination auraient dû être mises en place depuis longtemps. Ça reste préoccupant."

Aucune raison de s'alarmer, selon la ville de Paris

Pour rassurer les parents, Bérénice Delpal, la directrice des affaires scolaires à la ville de Paris, les attend devant l'établissement. "Ces seuils signifient qu'il y a des poussières par terre, sur certains murs, ou dans les salles, et qu'il y a un risque d'ingestion, explique-t-elle, en soulignant que la fermeture des écoles n'est qu'une précaution. Les enfants, notamment les petits, ont tendance à toucher un peu partout et à mettre les mains à la bouche." 

Il n'y a aucune raison de penser que ces seuils ont une conséquence sanitaire.Bérénice Delpal, directrice des affaires scolaires à la ville de Parisà franceinfo

De nouveaux prélèvements ont été effectués après nettoyage dans la cour de l'école Saint-Benoît. En fonction des résultats, l'établissement pourrait rester fermé encore plusieurs jours.

Le reportage de Bastien Munch devant l'école Saint-Benoît, à Paris
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne