Incendie de la cathédrale de Nantes : le bénévole "a trahi" son équipe estime la députée LREM Valérie Oppelt

Valerie Oppelt, députée LREM de Loire-Athlantique.
Valerie Oppelt, députée LREM de Loire-Athlantique. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Le bénévole du diocèse ressorti libre de sa garde à vue dimanche 19 juillet a été mis en examen et placé en détention provisoire après avoir été interpellé une deuxième fois ce samedi. D'après son avocat, il a reconnu avoir allumé les trois foyers de l'incendie.

Le bénévole de 39 ans, chargé de fermer la cathédrale de Nantes, a été mis en examen et placé en détention provisoire pour "destructions et dégradations par incendie" a annoncé dimanche 26 juillet le procureur de la République de Nantes. Après une seconde interpellation samedi, "il a avoué les faits qui lui étaient reprochés, c’est-à-dire des faits de destruction et dégradation d’un bien par incendie", a confirmé dimanche 26 juillet son avocat Me Quentin Chabert.

"J’ai une pensée particulière pour les équipes qui gèrent cette cathédrale pour le père Champenois recteur de cette cathédrale, qui a confié les clefs à ce bénévole, qui lui a fait confiance. Et ce bénévole a trahi cette équipe et c’est assez catastrophique" a réagi dimanche sur franceinfo la députée LREM de Loire-Atlantique Valérie Oppelt.  

Premier incendie criminel dans la cathédrale

L'homme de 39 ans avait été placé une première fois en garde à vue le 18 juillet, quelques heures après le sinistre, et remis en liberté le lendemain sans poursuite.

"Nous avons bien sûr connu des incendies accidentels mais jamais criminels donc nous venons de passer une étape importante à Nantes", déplore Valérie Oppelt.

Vous êtes à nouveau en ligne